MATP : 54 projets à son actif, transmis au nouveau MTP

37 travaux routiers sont déjà en cours de réalisation, 9 projets routiers déjà financés et en cours de mise en place, et enfin 8 grosses coopérations en cours de négociation. En tout, 54 grands projets ont été transmis par l’ancien titulaire du portefeuille de l’Aménagement du territoire et des Travaux publics (MATP) Hajo Andrianainarivelo, à son homologue des Travaux publics Jerry Hatrefindrazana, lors de la passation du 19 août. Certes, le ministre Hajo Andrianainarivelo peut s’enorgueillir des réalisations de son département. Parmi les projets actuellement en cours de réalisation, 22 sont financés par les ressources propres internes de l’ancien département MATP, avec un fonds total de plus de 86,16 milliards d’ariary. Pour le reste, le ministère a noué des partenariats avec 13 institutions financières internationales et a également initié des partenariats public-privé (PPP). Ainsi, à ces fonds propres s’ajoutent plus de 682,4 millions de dollars US et 248,5 millions d’euros, pour financer les projets déjà en cours.

Projets en vue. D’autres travaux sont déjà financés et en attente de signature ou de mise en vigueur. C’est le cas de l’échangeur (fly over) qui devrait bientôt être construit à Anosizato, le pont Mangoky, la construction de la voie rapide reliant la RN2 au port de Toamasina, etc. En tout, 9 projets financés avec un total de plus de 436,5 millions USD attendent déjà la phase de travaux. En outre, 8 projets sont en cours de négociation avec les bailleurs de fonds. Parmi ceux-ci figurent l’autoroute Tanà-Toamasina, qui a fait l’objet d’une négociation d’un fonds PPP de 2 milliards USD, ou encore les RN31 et RN10, ou les travaux de construction de la voie rapide Ouest Tanà (VROT), etc. « Ces projets manifestent la contribution du ministère dans le cadre de la mise en œuvre du PGE (Programme général de l’Etat) et de l’IEM (Initiative pour l’Émergence de Madagascar) prôné par le gouvernement comme étant des axes transformateurs et des supports socio-économiques du développement des collectivités territoriales, ainsi que de l’ensemble du pays. À cet effet, ces projets vont bénéficier directement aux 23 régions et leurs impacts vont profiter à l’ensemble des communes de la Grande-Île », ont indiqué les techniciens auprès du ministère. Selon eux, ces chantiers majeurs ont été identifiés, conçus et réalisés pour répondre aux besoins en termes d’infrastructure pour tout le territoire national.

Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. Rapport GIEC à l’appui et comme alarme, on peut s’interroger sur l’absolue priorité faite aux infrastructures routières et aux transports routiers (pollution -coût de l’énergie..) au détriment de tout projet [souhaitable ? envisageable?] d’infrastructure ferroviaire…eu égard aux distances entre grandes villes et régions .
    Si un lecteur veut bien éclairer ma lanterne…

Poster un commentaire