PPN : Des prix de référence affichés, début septembre

Le panier de la ménagère composé notamment de riz, d’huile et de sucre sera vendu à son juste prix. Le ministère de l’Industrie, du Commerce et de la Consommation a déjà réuni tous les acteurs concernés afin d’identifier les prix de référence de chaque produit de première nécessité (PPN) en tenant compte de leur prix de revient et de leur marge bénéficiaire respectifs. Ainsi, « ces prix de référence seront affichés publiquement à compter du début de ce mois de septembre », a annoncé Edgar Razafindravahy, le ministre chargé du commerce, lors d’une conférence de presse hier à la Chambre de Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat à Antaninarenina.

Produits très prisés. À titre d’illustration, « le prix du kilo du paddy ne devra pas être inférieur à 1 200 Ar pour que les paysans ne soient pas pénalisés, tandis-que le prix du kilo du riz blanc ne devra pas dépasser les 2 000 Ar au niveau des grossistes de la capitale afin de protéger les consommateurs. Au niveau des détaillants, le prix de référence sera ainsi de 2 300 Ar/kg. Parlant du sucre, on a convenu un prix de référence de l’ordre de 2 600 Ar le kilo. Quant au prix de l’huile alimentaire, il est affiché à 5 450 Ar le litre au départ de l’usine de production à Toamasina. Ce produit de première nécessité doit ainsi s’acquérir, tout au plus, à 6 000 Ar le litre au niveau des détaillants, tout en tenant compte des frais de transport s’élevant à 80 Ar/litre jusqu’à Antananarivo. On parle ici de l’huile de palme ou de l’huile de soja qui sont les produits très prisés par les consommateurs », d’après ses dires.

Réorganisation des marchés. Par ailleurs, le ministre de tutelle a soulevé que le prix actuel des pâtes alimentaires produites localement devra être maintenu sur une période de six mois compte tenu de la disponibilité des stocks des opérateurs. « Il ne s’agit pas d’un interventionnisme de l’État mais plutôt d’une réorganisation des marchés. Une rencontre avec les importateurs de produits alimentaires aura lieu la semaine prochaine afin de déterminer ensemble les prix de référence. Le but est que les spéculateurs n’aient plus de place dans le secteur du commerce », a-t-il conclu.

Navalona R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire