Réseau FARMADA : Un nouveau projet visant à soutenir 226 jeunes ruraux 

Les membres du réseau FARMADA lors du lancement officiel de ce nouveau projet.

Un nouveau projet intitulé « Initiative multi-acteur en faveur de l’amélioration des services de formation et de la promotion du micro-entrepreneuriat local », est lancé par le réseau FARMADA. 

Ce réseau regroupe des offreurs de Formation Agricole et Rurale  (FAR), privés et publics, éparpillés dans tout Madagascar et qui sont au nombre de 182 membres actuellement. On peut citer, entre autres, des centres et établissements de formation, des ONG et associations ainsi que des organisations paysannes. « Notre objectif est de contribuer à la rénovation de la formation professionnelle en milieu rural en étant une force de proposition auprès des organes de gouvernance pour viser la qualité du FAR. Nous œuvrons entre-temps pour l’adéquation des offres de formations  aux besoins réels du pays.  Pour ce faire, nous mettons en œuvre un nouveau projet intitulé  ”Initiative multi-acteur en faveur de l’amélioration des services de formation et de la promotion du micro-entrepreneuriat rural”. Ce projet vise à soutenir 226 jeunes ruraux déscolarisés ayant bénéficié des formations agricoles et rurales, qui sont issus de ses deux zones d’intervention, à savoir la région Analamanga et la région Matsiatra Ambony », a annoncé Serge Merison, le président du réseau FARMADA, lors du lancement officiel de ce projet qui s’est tenu la semaine dernière à l’hôtel Le Pavé à Antaninarenina.

Un financement de plus de 218 millions Ar.  Et lui d’ajouter que ce projet est cofinancé par le Fonds commun multi-bailleurs d’appui à la société civile à Madagascar via le programme FANAINGA ainsi que le Fonds International de Développement Agricole (FIDA) à travers le programme FORMAPROD (Formation Professionnelle et d’Amélioration de la Productivité Agricole). L’appui technique du Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage ainsi que le ministère de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle, n’est pas en reste. « Le financement alloué à la mise en œuvre de ce nouveau projet, étalé sur une période de dix mois, s’élève à plus de 218 millions Ar. Et parmi les 226 jeunes ruraux déscolarisés qui sont bénéficiaires, nous ciblons au moins 30% des jeunes femmes en quête d’emploi et de revenu dans le secteur agricole », a-t-il souligné. Il est à noter que le réseau FARMADA intervient notamment en vue d’offrir une formation professionnelle performante et innovante pour une installation pérenne des jeunes ruraux aux métiers agricoles, outre son rôle en tant que force de proposition dans la formulation des politiques et stratégies liées à la FAR. « Nous allons également mettre en place des centres de ressources au niveau des deux régions d’intervention de ce nouveau projet, afin de faciliter le soutien des projets professionnels menés par les jeunes ruraux cibles qui ont déjà bénéficiés des formations de qualité », d’après toujours les explications de Serge Merison, le président du réseau FARMADA.

Des fonds de démarrage. Plus concrètement, « le soutien à ces 226 jeunes ruraux déscolarisés cibles dans le cadre de la mise en œuvre de ce projet, consiste à leur fournir divers équipements agricoles tout en leur allouant des fonds permettant le démarrage de leurs activités. Ces jeunes ruraux mettent en œuvre des projets touchant les secteurs de l’agriculture et de l’élevage étant donné que ce sont des secteurs interdépendants. À titre d’illustration, bon nombre d’entre eux se lancent dans la production rizicole tandis que d’autres s’intéressent à développer des filières tournées vers l’exportation. Il y en a également des jeunes ruraux qui veulent se mettre dans la culture des produits agricoles qui sont appropriés pour la transformation », a-t-il enchaîné.  Il faut savoir que ce nouveau projet intitulé « Initiative multi-acteur en faveur de l’amélioration des services de formation et de la promotion du micro-entrepreneuriat local », vise non seulement à améliorer les conditions de vie de ces jeunes ruraux déscolarisés  mais aussi à renforcer et outiller les différents centres de formation au sein du réseau FARMADA. « Cette initiative contribue également à la réalisation des velirano n°9, n°4 et n°6, qui sont respectivement l’autosuffisance alimentaire, l’éducation et la culture pour tous et l’emploi décent pour tous », a-t-il conclu.

Navalona R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire