Toamasina : 35 000 tonnes de ciment ont débarqué au port

L’Etat vient d’importer du ciment et du riz à travers la société State Procurment of Madagascar (SPM) en vue de réguler le marché local. Ainsi, 35 000 tonnes de ciment ont débarqué au port de Toamasina. « Il s’agit d’un ciment de bonne marque dénommée Lucky, connu de tous les acteurs œuvrant dans le secteur BTP. En outre, nous avons mené des études depuis le pays d’importation jusqu’aux revendeurs. Le prix du sac de ciment coûtera ainsi 23 000 Ar au départ de Toamasina tout en incluant les différentes charges des acteurs concernés. Ce matériau de construction ne doit pas dépasser le 30 000 Ar le sac au niveau des consommateurs. C’est le prix de référence que nous avons fixé afin de lutter contre les spéculations », a déclaré le ministre de l’Industrialisation, du Commerce et de la Consommation, Edgar Razafindravahy, lors de sa descente dans le port de Toamasina hier.

Marge bénéficiaire. Et lui de poursuivre que ces 35 000 tonnes de ciment seront réparties dans différentes régions afin d’approvisionner le marché local, et ce, tout en faisant baisser le prix de ce matériau de construction. Il a, entre temps, sensibilisé les commerçants à appliquer des prix raisonnables en prenant une marge bénéficiaire d’une valeur de 1 000 Ar par sac de ciment vendu.

En outre, 14 000 tonnes de riz import ont également débarqué au port de Toamasina. Force est de reconnaître que le gouvernement, par le biais du ministère de l’Industrie, du Commerce et de la Consommation travaille d’arrache-pied pour trouver des solutions face à la hausse incessante des prix des produits de première nécessité, dont le riz, ainsi que ceux des matériaux de construction les plus prisés par la population.

Par ailleurs, le ministre Edgar Razafindravahy a saisi cette occasion pour effectuer une visite d’usine à Toamasina, notamment les sociétés Natema et Soanamad, dans le cadre de du projet « Taninketsa Indostrialy ». En effet, ce sont des industries de transformation qui servent d’exemple en matière d’industrialisation à Madagascar.

Navalona R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire