Alliance Voahary Gasy : Mise en place des cliniques juridiques environnementales

Pour un meilleur accès au droit de l’environnement et à la responsabilisation de chaque citoyen, l’Alliance Voahary Gasy (AVG) a mis en place des cliniques juridiques environnementales ou Akany Toro Zo dans les régions de DIANA, Boeny, Maroantsetra et tout récemment Menabe. 

Tout le monde est censé connaître la loi, mais en réalité, il manque des centres de ressources pratiques surtout pour la population pour s’enquérir des connaissances et conseils relatifs à la justice environnementale.  Raison pour laquelle l’Alliance Voahary Gasy ou la plateforme des organisations de société civile œuvrant pour la protection de l’environnement a mis en place des cliniques juridiques environnementales (CJE). « Celles-ci permettent à chaque individu de connaître ses droits et ses devoirs, de pouvoir réclamer ses droits en faisant référence aux différents textes réglementaires et d’obtenir des conseils et des orientations adéquates. Plus concrètement, les citoyens peuvent s’y informer en dénonçant toute forme de pression sur les ressources naturelles et d’agir en conséquence », a expliqué le PCA de l’Alliance Voahary Gasy, Ndranto Razakamanarina, lors de l’inauguration de la CJE à Morondava dernièrement. 

Quatre régions. En outre, il a soulevé que cette clinique juridique environnementale ne remplace pas la justice de l’Etat qui a des fonctions régaliennes. « Bien au contraire, elle l’assiste et la complémente. D’autres centres de ressources non étatiques pour les droits humains ou pour les VBG existent déjà à Madagascar. Ce qui permettra entre-temps, à chaque citoyen de prendre ses responsabilités en vue de contribuer d’une manière directe ou non à la préservation de l’environnement », a-t-il poursuivi. Il est à noter que cette plateforme des organisations de société civile œuvrant pour la protection de l’environnement a décidé d’installer une clinique juridique environnementale dans quatre régions, à savoir DIANA, Boeny, Maroantsetra et Menabe en raison de la hausse incessante du nombre de doléances de la population ou des acteurs locaux sur les dégradations avérées et des actes malintentionnés perpétrés par la mafia des ressources naturelles. 

Inévitables. Des projets intervenant sur le site ont également facilité la création de cette nouvelle structure. On peut citer, entre autres, le projet Hay Tao de l’USAID qui a apporté son appui pour la mise en place de la CJE à Morondava, dans la région Menabe. L’objectif est de contribuer à la préservation de l’aire protégée Menabe Antimena qui risque de disparaître en raison de la destruction des forêts pour la culture de maïs. « Pour un meilleur résultat sur la préservation de l’environnement, les citoyens devraient bien profiter des services qu’offre la CJE. En constatant la situation actuelle de cette aire protégée, la chute de l’économie ainsi que la perte des moyens de subsistance des communautés locales seraient inévitables si l’application immédiate d’un Etat de justice n’est pas mise en place », a évoqué Amy Hyatt, la Chargée d’Affaires de l’ambassade des Etats-Unis à Madagascar et aux Comores. 

Navalona R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire