Réseau Farmada : Près de 76 000 jeunes entrepreneurs ruraux installés

Les membres du réseau Farmada participant à l’atelier hier.

Le réseau des Acteurs et Partenaires de la Formation Agricole et Rurale à Madagascar ou Farmada a actuellement 12 années d’existence.

« Sur les 150 000 jeunes ayant été formés par les établissements de formation publics et privés membres, 76 000 jeunes entrepreneurs ruraux sont en ce moment installés. Ils disposent d’une autonomie totale pour mener à bien leurs activités. Ces jeunes opèrent en grande partie dans le secteur de l’élevage à cycle court et de l’élevage bovin. D’autres se lancent dans le domaine de la pisciculture tandis que peu d’entre eux s’intéressent à l’agriculture en raison des problèmes liés au changement climatique », a expliqué Serge Merison, le président national du réseau Farmada, lors d’un atelier de restitution des résultats de l’analyse du contexte auprès des acteurs de la Formation Agricole et Rurale (FAR) hier à l’hôtel Le Pavé à Antaninarenina.

Pourvoyeur d’emplois. Force est de reconnaître que le secteur de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche contribue à hauteur de 23% du PIB (Produit Intérieur Brut) national. « C’est également un grand pourvoyeur d’emplois. Et la majorité des personnes qui y opèrent sont des jeunes de moins de 36 ans. En revanche, plus de 70% d’entre eux ne disposent pas de compétences requises pour développer leurs activités, d’après les statistiques publiées récemment par l’Organisation Internationale du Travail. Pour y remédier, le réseau Farmada intervient en matière de formation agricole et rurale en vue d’assurer leur professionnalisation. Dans la même foulée, nous ne ménageons  pas nos efforts pour contribuer à la formalisation des centres de formation éparpillés dans les régions. À titre d’illustration, nous avons recensé 181 établissements de formation agricole et rurale dans nos neuf régions d’intervention. Parmi lesquels, 52 centres de formation ont obtenu leur agrément auprès du ministère de tutelle. Les autres sont en attente d’agrément et d’autorisation d’ouverture », a fait savoir Serge Merison.

200 000 jeunes à former. Face à cette situation, le réseau Farmada a élaboré un plan stratégique de développement de la Formation Agricole et Rurale pour les cinq années à venir, soit jusqu’en 2027. Des consultations régionales ont été effectuées avant sa validation finale au niveau national étant donné que chaque région a sa spécificité. « L’objectif  vise à former et installer 200 000 jeunes entrepreneurs ruraux. Mais l’implication de tous les ministères concernés s’impose, pour ce faire. En effet, le développement de cette FAR est tributaire de différents paramètres. On peut citer, entre autres, l’accès au financement, le volet foncier et le défi à faire face aux impacts du changement climatique ainsi que l’équipement des centres de formation agréés, d’après son analyse contextuelle. Il devrait ainsi constituer une des grandes priorités dans la mise en œuvre de la politique de développement de l’Etat », a évoqué le président national du réseau Farmada. Par ailleurs, la mission, la valeur et la vision de ce réseau ont été redéfinies dans le cadre de cet atelier, outre l’analyse de ses services fournis et le partage des informations sur l’élaboration de ce plan quinquennal stratégique.

Navalona R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Bonne itiative qui abouti a un bon accomplissement. Neamoins, au Madagascar le secteur de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche est devenu encombré: il faudra que les jeunes entrepreneurs pensent a diversifier l’entrepreneuriat

  2. Tantôt je plaisdais en faveur de fermés d’état. Je suis heureux – grâce à MM – d’apprendre l’existence et les missions du réseau FORMADA.
    2 X remarques cependant :
    1 – L’attractivité de l’activité agricole ( culture – élevage – agroalimentation) nécessite une bifurcation philosophique matérielle de la perception : Garantir à l’entrepreneur agricole un revenu régulier suffisant [au moyen de fonds de garantie à créer] .
    2 – l’agriculture viable et donc suffisamment rémunératrice s’entend comme une combinaison intelligente de spéculations à cycles très court (oeufs – salades…) , court (volailles ) , moyen (cochon, mouton, chèvre) , long (bovin, riz, fruits…) : diriger un jeune ménage vers l’élevage bovin (seul) revient à la mise en désespérance et au suicide de ce ménage …[ parce qu’il faut manger chaque jour, se couvrir et s’abriter tous les jours et…se soigner parfois…] .

Poster un commentaire