Trafic d’héroïne : Un réseau africain démantelé à Antananarivo

La poursuite de l’investigation sur le paquet de 495g d’héroïne découvert dans un  panier artisanal, accompagné d’autres articles malgaches à destination du Canada au bureau d’une société de postage à Mamory Ivato, le 16 mai, a débouché sur le démantèlement d’un réseau africain de trafiquants de cette drogue dure dans le pays. En effet, six personnes dont deux Malgaches et quatre Africains ont été arrêtés et écroués à la Maison centrale d’Antanimora après avoir été livrés au Parquet du Tribunal Anosy, hier.

La première arrestation a été faite le mercredi 17 mai 2017, celle d’une femme qui a voulu récupérer un colis auprès de la société de postage où il a été déposé. Accompagné par un Nigérien, cette femme s’est déclaré être l’épouse du propriétaire, lui aussi Nigérien. Depuis, les Douanes ont collaboré avec la brigade de stupéfiants de la police nationale. Ce qui a permis d’interpeller un autre couple, un Nigérien et une Tanzanienne, à Ivandry le 23 mai. Ces deux individus sont, selon les informations émanant de la Police, des amis du propriétaire du colis.

En sachant que les trafiquants étaient en fuite et avaient besoin de leurs dossiers administratifs, par le biais des services d’un Malgache, les enquêteurs ont tendu un piège au trafiquant. Le ressortissant malgache, sous surveillance, a donné rendez-vous au trafiquant à Analakely, les agents des douanes et de la brigade des stupéfiants étaient déjà en planque et prêts pour l’arrestation.  Le trafiquant ayant remarqué la présence des policiers en civil  a senti le piège et s’est enfui. Mais, il n’a pas pu aller bien loin et a été arrêté aux Pavillons d’Analakely.

Les résultats de ces investigations ont permis de confirmer l’existence d’un réseau africain à Madagascar chargé d’expédier les drogues à partir du pays. Si ces récents évènements ont marqué le professionnalisme et l’efficacité des agents des douanes dans la lutte contre le trafic de stupéfiants, la mise en place d’une brigade cynophile au sein de l’administration douanière est néanmoins d’actualité, ce afin de renforcer les surveillances et les actions de l’administration. 

T.M.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire