Cour d’Appel: Les avocats de Houcine Arfa se déconstituent

Hier, le procès en Appel de l’affaire opposant la famille Andriamaromanana Michel avec le ressortissant français Houcine Arfa a été effectuée à la salle n°4 du Tribunal. Pourtant, cette audience n’a pas vu la comparution de l’accusé, du moins ses avocats même si, c’était lui, qui avait saisi en premier,  la cour d’Appel. De plus, c’était encore  ses avocats qui avaient demandé le renvoi de ce procès qui aurait dû se tenir  le mois dernier. Puisque Houcine Arfa n’est pas au pays depuis son évasion de la Maison de force de Tsiafahy fin décembre, les deux avocats qui auraient dû le représenter devant la barre, hier,  se sont déconstitués aux dernières minutes. Ils ont pris cette décision après avoir constaté des irrégularités dans le dossier de leur protégé. Pour soutenir leur argumentation, ils affirment que Houcine a des coprévenus mais ces derniers ne sont pas cités à comparaître devant la barre. Un gendarme, un avocat, et un député auraient dû être impliqués dans cette affaire. C’est pourquoi, ils réclament d’abord la régularisation de ce dossier. Ils affirment exiger cette procédure pour l’équitabilité du procès ainsi pour le respect des droits de la défense.

L’argent de Houcine reclamé. Puisque l’audience d’hier devait se tenir, seule la partie civile, composée du couple Randriamaromanana Michel-Ravaonirina Mariette ainsi que Randriamaromanana Vonjy (fils), était devant la barre. Plaidoyant en leur faveur, Me Harinirina Raveloson a souligné qu’elle a également saisi la Cour d’appel pour réclamer la révision à la hausse du dommage-intérêt obtenu par ses protégés en Première instance tout en manifestant sa satisfaction quant à la peine d’emprisonnement infligée au prévenu. Prononcé le 7 novembre 2017, le verdict a condamné Houcine Arfa à 3 ans d’emprisonnement ferme et à verser 10 millions ariary à titre d’amende à la partie plaignante. Pour Me Hary Raveloson, cette somme est largement inférieure à celle que la partie civile a réclamé en Première instance qui s’élève à 1,5 milliards d’ariary. Elle ne couvre pas les  préjudices qui ont été subis par ses protégés qu’elle affirme avoir enduré des menaces de mort, des pressions de toutes sortes, des séquestrations… Actes pour lesquelles  l’accusé a reconnu sa culpabilité devant la barre.  Des pressions qui ont obligé son protégé à céder son entreprise. C’est pourquoi, elle a estimé que ce serait raisonnable si la Cour accorde à la famille Ramaromanana le dédommagement de 1,5 milliards demandé en première instance. Puisque Houcine Arfa n’est plus dans le pays, Me Harinirina Raveloson souhaite que le paiement de cette somme soit effectué à partir de l’argent saisi chez l’accusé lors de son arrestation et confisqué par la brigade criminelle de la police nationale à Anosy.  A noter que dans cette affaire, Houcine Arfa est poursuivi pour usurpation de titre, extorsion de fonds, et  tentative de kidnapping.

T.M.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire