Tsarahonenana : Deux enfants brulés vifs dans un incendie de leur maison

Le quartier de Tsarahonenana, dans le Ve Arrondissement de la commune urbaine d’Antananarivo était le théâtre d’une véritable tragédie la nuit du mercredi 14 mars. Mis à part les dégâts matériels, l’incendie d’une maison d’habitation a fait deux morts. Les victimes sont de la même famille et âgées  respectivement des quatre et des 11 ans.

Le feu s’est déclaré vers 22 heures, au moment où la famille occupant de cette maison à deux étages  étaient tous dans les bras de Morphée.  L’information recueillie auprès des sapeurs-pompiers de la commune urbaine d’Antananarivo qui sont intervenus sur le lieu, l’incendie dont l’origine reste à déterminer, est parti de l’une des trois pièces du premier étage avant de s’embraser vers le grenier. Les soldats du feu qui étaient débarqués sur le lieu du drame environ 15 minutes après, affirment avoir vu des flammes en train de consumer le grenier de la maison. Malgré tout, ils ont pu maîtriser la situation dix minutes plus tard grâce au nombre important des matériels qu’ils ont déployés à cette intervention.  C’est pourquoi, le feu n’a pas touché le rez-de-chaussée qui est composé de quatre pièces ainsi que les deux pièces du 1er étage.

Piégés par la fumée. Les sapeurs-pompiers affirment qu’ils n’étaient pas tenus au courant de l’existence de ces deux enfants morts dans cet accident que lorsque le feu a été éteint. Passant à la vérification du lieu, les soldats du feu ont aperçu les corps des victimes dans l’une des pièces du premier étage. Celui de la plus âgée a été trouvé devant la porte qui était fermée. Ce qui signifierait qu’elle a tenté de s’enfuir mais en vain. Le corps de la cadette a été vu sur son lit dont la tête était couverte de draps. Asphyxiée par la fumée, elle aurait essayé de s’enfermer dans sa couverture pour pouvoir respirer. Le constat de leur cadavre a révélé des brulures superficielles  dans leur peau. Cela aurait provoqué des braises qui sont tombés du grenier en feu. Ce qui a beaucoup étonné dans cet accident est d’entendre que la mère de famille et la servante de la maison ont dormi dans la pièce jouxtant celle des victimes. Pourtant, ces deux personnes n’ont pas eu le réflexe de sauver ces enfants alors qu’elles ont pu s’échapper de la maison quand le feu s’est déclaré.  Peut-être, cet oubli s’expliquerait par la panique vu la rapidité de l’embrasement de l’incendie. D’autant plus que cette mère de famille est, selon les informations, enceinte de quatre mois.

L’école Les bons amis en deuil. Appelée respectivement Ravaka Rakotoarijaona (11ans) et Dimbiniaina Sarah Valerie Rakotoarijaona (4 ans), les victimes sont toutes deux, des élèves de l’école privée Les Bons amis à Andraisoro. Leur décès tragique a beaucoup affecté la grande famille de cet établissement. C’est pourquoi, sa directrice a décidé hier de suspendre toutes les activités de l’école pour manifester la solidarité avec la famille éplorée. Selon les informations, l’enterrement  aura lieu ce vendredi dans le fokontany d’Ankadiefajoro, commune rurale de Carion, district de Manjakandriana.

T.M.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire