Accueil du Pape François : Plus de 2 500 policiers à mobiliser dans la Capitale

A un mois de l’arrivée du Pape François dans la capitale, la Police nationale comme ses pairs des Forces de l’ordre se prépare également pour accueillir cet événement. Selon le ministre de la Sécurité publique (MSP), le Contrôleur Général de Police Roger Rafanomezantsoa, tous les policiers de la Promotion « Fenitra » qui viennent de terminer récemment leur formation à l’Ecole Nationale des Inspecteurs et Agents de Police à Antsirabe (ENIAP) sont dorénavant consignés dans la Capitale. Au nombre de 1.098, ils vont renforcer l’effectif des policiers en service dans tous les commissariats existants à Antananarivo et ses environs. Ce qui porte à plus de 2.500 le nombre des policiers qui vont être mobilisés dont une partie va s’occuper de la circulation et une autre se chargera de la sécurisation. Le ministre souligne que la Police nationale devra déployer le maximum de ses moyens en tant que premier responsable de la sécurité en milieu urbain. Mais, cela n’empêche pas sa collaboration avec les autres entités des forces de l’ordre étant donné qu’elle est membre à part entière de l’Etat-major mixte opérationnel (EMMO). Dans ce sens, le ministre affirme qu’une réunion en vue de la préparation de l’accueil de ce souverain pontife de l’église catholique romaine aura lieu le jeudi 8 août 2019. En ce qui concerne la sécurisation du site qui va accueillir le grand culte que le Pape va diriger à cette occasion, le ministre annoncé que la police compte faire une descente préliminaire sur le terrain pour voir comment gérer la sécurité de cet endroit.

Hausse du taux de la criminalité. Hier, le Contrôleur Général de Police Roger Rafanomezantsoa s’est rendu au commissariat central de la Sécurité publique à l’Hôtel de Police de Tsaralalàna pour tenir une réunion avec tous les responsables de commissariats et postes de Police repartis dans la capitale et ses environs. Il a fait ce déplacement pour donner, selon ses dires, des directives pour améliorer le fonctionnement de la police nationale pour les six mois à venir. Une nouvelle période qui s’annonce un peu compliquée, à entendre les explications du MSP. Celui-ci a reconnu que le taux de la criminalité tend à connaître un accroissement inquiétant depuis ces derniers temps. Il faut adopter de nouvelles stratégies et de nouvelles techniques pour y faire face, annonce-t-il. Il ajoute avoir choisi le commissariat central pour mener cette action pouvant être qualifiée de rappel à l’ordre car Tsaralalàna est considéré comme étant la vitrine de la Police nationale. Devant ces responsables, le ministre a rappelé le maintien, voire le renforcement de la politique déjà adoptée par son ministère qui met en priorité la police de proximité et la police de visibilité à travers le redéploiement de ses éléments par la pratique de patrouille dans les rues et dans les coins des quartiers de la ville. Il faut s’approcher des populations pour que ces dernières se sentent en sécurité et aient l’assurance que la police est là pour les protéger, lance-t-il. Pour acquérir cette confiance de la population, le ministre a insisté sur l’application de la discipline au sein de la police nationale qui est l’un des défis à relever par son ministère. Le MSP affirme qu’il est descendu à Tsaralalàna pour réconforter et encourager ces responsables à mener à bien la mission que le peuple attend d’eux. Ayant rencontré la presse à l’issue de cette réunion, le ministre n’a pas omis d’exprimer la détermination de la police nationale de collaborer avec le public, surtout en matière de renseignement. Pour ce faire, des numéros verts permettant de contacter tous les commissariats et services de la Police dans la capitale sont dore et déjà exposés sur des panneaux publicitaires dans certains coins de la rue de la capitale. Il annonce que d’ici peu, 17 autres panneaux vont encore être implantés pour compléter ceux qui existent. L’objectif est d’instaurer la bonne gouvernance et la transparence du travail et du fonctionnement de la Police nationale, conclut le ministre Roger Rafanomezantsoa.

T.M.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. f’iza ary zany no hiambina sy hiaro ny ombiko ? le « puce » tsy mbola aty @nay ambanivoly !

Poster un commentaire