Routes nationales : La RN4 devient une zone rouge, les coupeurs de route reviennent en force

L’insécurité s’accentue sur les routes nationales. Cette situation prévaut alors que les forces de l’ordre affirment avoir pris des dispositions rassurantes pour éviter ce fléau depuis le retour à la normale de la circulation après le confinement généré par la propagation de l’épidémie de Covid-19. Certains axes ont été surveillés et sécurisés mais cela n’empêche pas les malfaiteurs de sévir. L’incident qui vient de se produire dans le district d’Ankazobe, dans la nuit du 17 octobre dernier vers 19 heures, le confirme. Un taxi-brousse Sprinter en provenance d’Ankazobe en direction de Firarazana a fait l’objet d’un barrage monté par des malfaiteurs sur la plaine de Tampoketsa (Pk 112+500). Roulant sur cet axe, ce taxi- brousse est tombé sur un amas de bois d’eucalyptus déposé sur la route. Le chauffeur a dû arrêter le véhicule, et c’est à ce moment que des jets de pierres ont été projetés sur le pare-brise qui s’est brisé. Heureusement, le conducteur a eu le réflexe d’alerter par téléphone les forces de l’ordre. Avisés à temps, des gendarmes du poste fixe d’Andoharano et d’Andranofeno se sont immédiatement rendus sur les lieux. Les bandits ont dû prendre la fuite et n’ont donc pas réussi leur coup. En effet, cette attaque n’a fait aucune victime. Les éléments des postes avancés susmentionnés, appuyés par des gendarmes de la compagnie d’Ankazobe conduits par le commandant de cette unité, sont partis à la poursuite des malfaiteurs. Malheureusement, aucun suspect n’a encore été arrêté.

T.M.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire