Région Diana : Le discours du président n’est plus sidérant

Le 31 décembre à 20 heures, habillé d’une manière traditionnelle tel un jeune monarque du XIXème siècle, le président de la République malgache Andry Nirina Rajoelina a fait un rétrospective de l’année 2021. Une année qui s’est avérée difficile aussi bien pour les hauts dignitaires  que pour le bas peuple. Ensuite, le numéro Un malgache a donné une perspective de l’année 2022 qu’il qualifie comme une année de travail.

Cœur brisé !  Dans la région Diana,  moins de 15 % des habitants  se sont fixés devant  leur poste téléviseur  pour  regarder le numéro Un malgache faire son  discours annuel.  Parmi eux  figurent les « fonctionnaires », les retraités, les amateurs de la politique et un infime analyste  de discours.  Leurs remarques sont toutes les mêmes, Andry Rajoelina tourne autour du pot.  Les images sont les mêmes que celles de l’année dernière. Par conséquent,  le jeune Raiamandreny voit sa popularité chuter dans la région  Diana. Contrairement à 2019, le discours du président gagne les oreilles de ses convaincus, les  80% de voix. Les yeux pleins d’espoir, des familles se réunissaient dans leur salon  pour l’écouter.  Désormais, ces yeux ne reflètent que le désespoir, le  regret. La flamme orange s’est éteinte dans leur  cœur. Découragés,  les 80% ont la flemme.

Bien que la route Diégo-Ramena et les ruelles d’Antsiranana-d’Ambanja soient construites, la population de la région Diana n’a plus la ferveur comme il y a deux ans. Rn6 n’est pas toujours praticable, le stade Manara-penitra d’Antsiranana n’est pas toujours inauguré, la cherté de la vie guette, le secteur touristique ne décolle toujours pas.

 

Tout est sous contrôle. La population malgache en général et celle de la Diana en particulier  est  docile ! Rien ne sert de courir. L’essentiel c’est de la rassurer.  En réalité, cette contrée a baissé les bras parce qu’elle ne croit plus au gouvernement actuel. Elle n’ose pas contester non plus car elle économise sa force.  Cette situation est à la fois un atout et une faiblesse de l’administration Rajoelina. D’une part, elle peut faire tout ce qu’elle veut. Elle tient les  rênes du pouvoir. Sous un autre angle, le silence du peuple peut être assourdissant et peut engendrer une désobéissance civile. Le peuple sera insolent sans lancer des pierres aux forces de l’ordre.  Alors, ce sera une lutte pacifique, non violente ! Mais on n’est pas encore à cette étape là  à Mahatma  Gandhi. D’ailleurs, l’Etat maîtrise parfaitement la situation. La vie suit son cours  comme un ruisseau, tant qu’il n’y a  pas de débordement dans la capitale. Faudra-t-il rappeler que les “faritra” s’enrhument de ce qu’Antananarivo a éternué.

2022 est également une année pour l’équipe de Rajoelina  de se racheter et  rattraper le temps perdu. Il est temps de se retrousser les manches. Le gouvernement a du pain sur la planche.

Iss Heridiny

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire