Meurtre d’une femme médecin : Le criminel, un employé de maison arrêté

Deux jours après le crime qui a coûté la vie à la femme médecin Lalaharivony Ramasombohitra, un communiqué de la police a affirmé l’arrestation de l’auteur. Il s’agit d’un jeune homme de 24 ans, un ancien employé de la maison qui a été le théâtre du crime de sang. « Il y a travaillé pendant un an. Son  employeur (cf le propriétaire de la maison) a décidé de mettre un terme à son contrat à la suite d’une mésentente entre eux. Une situation qui a été dure à avaler pour lui et l’a amené à la vengeance », a-t-on tiré du communiqué. « Après avoir perdu son travail, il a décidé de prendre du recul et de rentrer dans sa ville natale, à Tuléar. L’idée de vengeance lui a traversé l’esprit et il était prêt à la concrétiser. Ainsi, le jeune homme est revenu à Antananarivo le 8 janvier dernier avec l’intention ferme de tuer son patron », selon toujours la police. Il avait déjà avec lui la clé de la serrure qu’il a copiée en cachette quand il travaillait encore pour le propriétaire de la maison. L’auteur a choisi la nuit de mardi à mercredi dernier pour passer à l’action. Un moment qui tombait avec la présence de la femme médecin qui assurait la surveillance médicale de son patient, le propriétaire de la maison. Vers 3 heures du matin, le jeune homme est entré sans effraction à l’intérieur du bâtiment. « Au rez-de-chaussée, il a croisé la femme médecin qui était certainement un témoin gênant. Il a froidement abattu cette dernière par deux coups de couteau au niveau du dos et du cou. Des coups qui furent fatales pour la femme de 53 ans. Durant l’agression, la victime a pu crier au secours. Cette alerte a réveillé les occupants de la maison qui, par la suite, ont pu maîtriser le criminel », a indiqué la police. Durant l’audition de la brigade criminelle, l’auteur du meurtre a avoué le mobile du crime, tel que décrit par le communiqué de la police. Une vengeance dont la victime n’était pas la cible mais qu’il a abattu sans état d’âme.

D.R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire