Atmosphère de résignation chez les Malgaches

Avec la chaleur estivale revenue, le moral des Malgaches n’est pourtant pas au beau fixe. Les trombes d’eau de pluies artificielles ont rempli les lacs et les rivières et ont permis à la Jirama de remettre en marche les générateurs défaillants d’Andekaleka. Mais maintenant, c’est cette eau si précieuse qui fait souffrir les habitants de la Capitale. Les Tananariviens sont privés du précieux liquide durant la journée à cause des travaux effectués par la société d’État pour remplacer les conduites d’eau vétustes. Les habitants de la Ville des Mille supportent mal la situation, mais ils sont obligés de se résigner. Les excuses du ministre de l’Eau ne les consolent pas outre mesure. C’est tout l’environnement dans lequel ils évoluent qui se détériore petit à petit, au propre comme au figuré. La vie quotidienne est de plus en plus dure car le coût de la vie est de plus en plus élevé. Les députés qui se veulent être les porte-paroles de la population ne se sont pas privés de le faire remarquer durant leur face-à-face avec les membres du gouvernement. Ces derniers ont écouté sans broncher toutes les critiques qui ont été exprimées à cette occasion. Le pays va mal et les Malgaches, même s’ils ont l’habitude des épreuves, ont l’impression que la situation est à la limite du supportable. Les élus du peuple ont dans toutes leurs interventions insisté sur l’insécurité qui règne sur tout le territoire. Le pouvoir sait à quoi s’en tenir actuellement et il doit répondre le mieux possible à cette vague d’insatisfaction qui peut se muer, s’il n’y prend pas garde, en explosion sociale. Le danger de la Covid-19 est tout aussi préoccupant, mais le pouvoir semble y faire face convenablement. La propagation du virus se fait inéluctablement et les mesures prises par les responsables permettent de limiter son expansion. La campagne de vaccination se déroule normalement. Les centres de vaccination sont de plus en plus fréquentés. Pour le moment, aucun cas de contamination au variant Omicron n’a été constaté.

Sur le plan international, l’épidémie de la Covid-19 reste toujours le sujet qui fait lades médias. L’épidémie a repris son expansion. Le variant Omicron est en train de mettre en émoi les autorités sanitaires de tous les pays. Les différents vaccins semblent protéger ceux qui ont reçu leur dose, mais ces derniers jours, Une nouvelle vague de contaminations a suscité l’inquiétude. Néanmoins, les personnes touchées sont souvent celles qui n’ont pas été vaccinées. Les premiers cas de contamination au variant Omicron sont apparus en Europe et la crainte d’une propagation rapide est réelle. Pour le moment, les dirigeants sont dans l’expectative et adaptent leur mesure selon l’évolution de la situation.

La France vit assez bien l’augmentation rapide de ses cas de contamination. Les chiffres progressent rapidement et dépassent maintenant les 50 000 par jour. Les demandes de rendez-vous dans les vaccinodromes s’accélèrent. Les préoccupations sanitaires ne peuvent cependant pas occulter la précampagne présidentielle qui a fait la Une des médias, ces derniers jours. Il y eut la déclaration de candidature d’Eric Zemmour qui a fait le buzz et l’élection primaire des républicains qui s’est déroulée avant-hier. Deux candidats sont arrivés en tête, Valérie Pécres et Eric Ciotti. Les résultats du deuxième tour désigneront le candidat du parti.

Les Malgaches traversent en ce moment une période difficile. Ils supportent tant bien que mal l’accumulation des problèmes qui leur tombent dessus en ce moment : Jirama, hausse du coût de la vie, Covid-19, rien ne leur est épargné. Il est facile de dire qu’ils en ont vu d’autres, mais cette résignation a des limites. Le régime le sait et il essaie tant bien que mal de trouver des solutions pour y remédier.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire