Premier ministre : Le MAPAR disposé à lâcher Haja Resampa

« Nous ne sommes pas contre un dialogue organisé dans le sens de l’esprit de la fraternité et de l’apaisement mais ce dialogue doit toutefois être conforme à l’article 54 de la Constitution », a déclaré Augustin Andriamananoro.

La Grande famille du groupement « Miaraka Amin’i Président Andry Rajoelina » (MAPAR) composée entre autres des députés élus au nom du MAPAR et du GPS ainsi que des chefs de partis pro-Rajoelina ont tenu un point de presse hier. Une occasion pour les Augustin Andriamananoro, Naivo Raholidina, Irma Naharimamy, Ratsivalaka Michelle et consorts de démentir l’information selon laquelle le MAPAR est divisé puisqu’une partie de ses députés soutiennent la candidature du Professeur Jules Etienne à la Primature. D’ailleurs, le député élu à Antanambao Manampotsy, Ndalana Hasina qui était pourtant à la tête du groupe de 25 députés ayant quitté le MAPAR, semble revenir sur sa déclaration. Hier, il s’est dit étonné de ce qui a été véhiculé par la presse. « L’objectif de notre point de presse était de présenter un bilan des travaux que nous avons réalisés dans les districts. C’était également une occasion pour nous d’interpeller le président Hery Rajaonarimampianina à prendre ses responsabilités pour débloquer la situation actuelle et de nommer rapidement le Premier ministre tout en respectant la Constitution », a-t-il soutenu. La question est toutefois de savoir si ces députés taxés d’insubordination n’ont pas reçu une menace de déchéance pour se contredire le lendemain de leur déclaration. A noter que dans le communiqué qu’il a publié la veille, le député Ndalana Hasina a bel et bien confirmé que 25 parlementaires MAPAR soutiennent la nomination de Jules Etienne à la Primature.

Nouveau nom. Quoiqu’il en soit, les députés pro-Rajoelina se disent contre toute velléité à dissoudre l’Assemblée nationale. A ce sujet, un appel a été lancé à l’endroit du président de la République, Hery Rajaonarimampianina pour honorer l’engagement qu’il a fait lors de son investiture à Mahamasina. Ils ont aussi exhorté la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) à veiller au respect strict de la Constitution. Tout en se défendant d’être considérés comme étant les responsables d’une éventuelle crise politique que pourrait engendrer l’incertitude actuelle autour de la mise en place des différentes Institutions de la République, les leaders du MAPAR ont adopté une position plus modérée vis-à-vis de la question de la nomination du Premier ministre. En effet, si l’on se réfère à la déclaration faite hier à Antaninarenina, ce groupement politique semble être prêt à lâcher son unique candidat Haja Resampa. « Nous ne sommes pas contre un dialogue organisé dans le sens de l’esprit de la fraternité et d’apaisement mais ce dialogue doit toutefois être conforme à l’article 54 de la Constitution », a déclaré Augustin Andriamananoro. Cette nouvelle position reflète en  quelque sorte que le MAPAR est disposé à présenter un nouveau nom de Premier ministrable au président Hery Rajaonarimampianina.

Davis R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication