Isaac Mamonjisoa : « Le temps, c’est de l’argent »

Selon le président du FTSV, il est possible de réduire de moitié la pauvreté en l’espace de 5 ans
Selon le président du FTSV, il est possible de réduire de moitié la pauvreté en l’espace de 5 ans

« Madagasikara rahampitso hafakely ». Cela aurait été le slogan électoral d’Isaac Mamonjisoa s’il s’était présenté à la dernière élection présidentielle. « Ce n’est pas du tout un plagiat de celui du candidat Monja Roindefo », anticipe-t-il. Avant d’expliquer que ce « Madagascar new look de demain » donne la part belle au social. « La pauvreté reste invaincue car c’est le « Fanjakana » lui-même qui ne veut pas lutter contre », déclare-t-il. Convaincu pour sa part que « la pauvreté peut être réduite de moitié en l’espace de 5 ans ». En somme, le temps d’un mandat présidentiel. « Nous allons mettre en place une plate-forme chargée de suivre les actions du gouvernement et qui adressera des rapports périodiques au Président », annonce-t-il.

Coût économique. Isaac Mamonjisoa pense également qu’« il est possible de réduire de 70 % les embouteillages par la construction de nouvelles infrastructures et la réhabilitation de celles déjà existantes ». Et ce, en faisant remarquer que les derniers grands chantiers remontent du temps du Président Marc Ravalomanana. Tout comme il tient à attirer l’attention sur le coût économique des embouteillages et le manque à gagner qu’ils entraînent. « Le temps, c’est de l’argent », rappelle-t-il. Avant de souligner aussi « les études sont également une perte de temps si les orientations et les débouchés ne sont pas clairs ». Une manière d’insister sur la nécessité de l’adéquation formation/emploi. Il, c’est évidemment le président du FTSV qui estime que « si l’on se soucie réellement du sort des 22 millions de Malgaches, il faut regarder ce qu’il y a au fond de leur marmite ». Une allusion on ne peut plus claire « aux prix des PPN comme le riz et l’huile alimentaire dont l’importation devrait faire l’objet de mesures de facilitation par l’Etat ».

R. O

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication