Magro Behoririka : « Notre patience a ses limites »

Face à la situation dans laquelle se trouve Marc Ravalomanan, les « Zanak’i Dada » n’entendent pas pour autant baisser les bras.
Face à la situation dans laquelle se trouve Marc Ravalomanan, les « Zanak’i Dada » n’entendent pas pour autant baisser les bras.

Le cas de l’ancien président a été toujours évoqué avant-hier, au Magro Behoririka. L’animateur de service a ainsi annoncé que « nous voulons confirmer que Dada n’est pas rentré clandestinement au pays. Jusqu’ici, nous respectons les directives de nos dirigeants mais notre patience a ses limites ».  Un autre intervenant de déclarer dans le même sens, « Pour le moment nous restons calme dans la mesure où l’homme que nous soutenons nous a recommandé de nous taire. Cela ne signifie pas que nous sommes perdants. C’est le signe de la sagesse notamment ».

Emettre des réserves. Les autres intervenants estiment que « ceux qui pensent procéder au  procès de Dada mardi (demain) ont tort. S’il a commis une faute, son nom devrait figurer parmi les 109 que la communauté internationale a condamnés ». A entendre les discours au Magro Behoririka de samedi dernier, les « Zanak’i Dada » semblent émettre des réserves. Même s’ils n’ont pas lancé un ultimatum, les partisans du fondateur de l’empire TIKO n’entendent pas pour autant baisser les bras face à la condition dans laquelle se trouve Marc Ravalomanana. Est-ce à dire que l’attitude des pro-Ravalomanana pourrait également se modifier, suivant l’évolution de la situation ? Force est cependant de constater qu’ils sont en manque d’information et cela pourrait prendre des tournures imprévisibles.

Dominique R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication