CCI-Ivato : Ravalomanana a demandé pardon au peuple malgache

Marc Ravalomanana engage une autre bataille, la réouverture de TIKO.
Marc Ravalomanana engage une autre bataille, la réouverture de TIKO.

Le fondateur de l’empire TIKO a prononcé un long discours de 45 minutes pour plaider sa cause, avant-hier, aux assises nationales.

L’ancien président Marc Ravalomanana en prenant la parole, a fait son mea culpa, lors de la clôture des assises nationales au CCI-Ivato. En effet, il a demandé pardon au peuple malgache. Il s’est dit également prêt à pardonner. Dans la même foulée, il a émis son souhait sur la concrétisation des 4 F (Fiekenkeloka, Fibebahana, Fahamarinana et Fihavanana). Il n’a pas manqué non plus de faire un rappel sur sa lettre du 23 novembre 2014 et qui a été adressée au président de la République, laquelle fait mention de ce qui suit : « je respecte l’Etat de droit. J’accepte le régime actuel qui est parfaitement légal et je suis prêt à soutenir jusqu’au bout la réconciliation nationale ».

Décision. L’ancien président n’a pas manqué également de parler de sa situation actuelle. Il a cité notamment le cas d’Ambositra et d’Antsirabe où il n’a pas pu s’adresser à ses partisans. Il a ainsi invité le président de la République à abroger le décret portant sur son assignation à résidence fixe. Face à cette interdiction de prendre la parole dans les deux villes susmentionnées, Marc Ravalomanana a décidé de suspendre sa participation au processus de réconciliation nationale mais finalement l’ancien président est revenu sur sa décision une semaine après sa déclaration.

Discuter avec le pouvoir. Pour en revenir à son intervention aux assises nationales, le fondateur de l’empire a souligné : « même si je suis disposé à apporter mon concours au redressement économique du pays, je suis dans l’incapacité d’y faire face étant donné que mes avoirs sont encore bloqués ». Et d’enchaîner : « je suis prêt ainsi que les dirigeants de TIKO à produire de nouveau. Nous sommes prêts à discuter avec le pouvoir actuel. Tout en soulignant au passage que cette entreprise s’engage à honorer ses arriérés fiscaux ». Ce serait une autre paire de manche pour l’ancien président. Par ailleurs, il a lancé un appel aux anciens présidents Zafy Albert et Andry Rajoelina à réintégrer le processus de réconciliation nationale.

Dominique R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication