Expo Milan 2015 : Hery Rajaonarimampianina convainc les opérateurs

La délégation présidentielle a assisté au défilé de mode organisé par la créatrice malgache, Mialy Seheno Rakotosolofo. (Photo : Davis R)
La délégation présidentielle a assisté au défilé de mode organisé par la créatrice malgache, Mialy Seheno Rakotosolofo. (Photo : Davis R)

Le Forum économique organisé dans le cadre de la Journée nationale pour Madagascar a été l’évènement phare de ce déplacement en Italie.

Après avoir assisté à l’Expo Milan 2013 où Madagascar était à l’honneur le 13 août dernier, le président de la République, Hery Rajaonarimampianina a mis le cap sur Gaborone, la capitale botswanaise pour assister, à partir de ce jour, au 35e Sommet des Chefs d’Etat de la Communauté de Développement de l’Afrique Australe (SADC). Un sommet qui durera deux jours. Pour ce qui est du périple milanais du Chef d’Etat, l’on peut conclure que le déplacement a été une réussite totale en termes de résultats, notamment sur le plan économique. D’ailleurs, au cours d’une interview, le président de la République a déclaré qu’après cinq ans de crise, la participation à cette exposition universelle est nécessaire, afin de permettre la relance économique. D’après les explications de Tovonirina Ratsimbarison, Commissaire général, responsable du Pavillon Madagascar, plus de 2000 personnes par jour visitent le stand malgache depuis le début de cet évènement, le 1er mai 2015. En effet, le Forum économique organisé spécialement dans le cadre de la Journée nationale pour Madagascar a été l’évènement phare de ce déplacement présidentiel à Milan. Ledit Forum a permis à de nombreux investisseurs internationaux de s’informer davantage sur l’environnement et le climat des affaires dans la Grande Ile. Une occasion également pour le numéro Un d’Iavoloha de lancer un appel à l’endroit des investisseurs italiens et des membres de la Diaspora malgache en Italie et en Europe, d’investir à Madagascar.

Clin d’œil. En tout cas, le clin d’œil lancé par Hery Rajaonarimampianina a porté ses fruits. On peut citer l’exemple d’un opérateur économique italien, souhaitant investir dans le domaine de l’énergie renouvelable et de l’électrification rurale, qui a pris contact avec le président malgache. De nombreux membres de la Diaspora malgache résidant en Italie et en Europe, à l’exemple de quelques étudiants malgaches en Russie qui ont fait le déplacement à Milan pour rencontrer le président de la République, ont également exprimé leur souhait de revenir au pays pour contribuer aux actions de développement. A noter qu’au cours de cette exposition universelle, le Chef de l’Etat malgache a également visité les stands du Maroc et de l’Egypte. Il a aussi procédé à la signature de la Charte de Milan et du Livre d’or de l’Expo Milan 2015. Un défilé de mode organisé par la créatrice malgache, Mialy Seheno Rakotosolofo et un carnaval dans les rues de l’Expo Center a aussi marqué la journée du 13 août. Outre, la Première Dame, Voahangy Rajaonarimampianina, la délégation présidentielle a également été composée de quatre membres du gouvernement, à savoir, le ministre du Tourisme, Ulrich Andriantiana, le ministre de l’Environnement Beboarimisa Ralava, le ministre du Commerce, Rabesahala Henri et la ministre de la Culture, Brigitte Rasamoelina.

Davis R (Milan)

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

11 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. hahaha!! ny eto antoerana tsy avelany lery hisokatra ka ny mbola any ankibony omby no lelafina !!!tena rajao mpanao films marina ary lehibeny lalimanga

  2. M/car est champion de démonstration et de l’échantillon. Et c’est dommage qu’on na que çà !
    Qui des opérateurs économiques étrangers veulent vraiment, concrètement et définitivement investir à M/car avec :
    – Air M/car qui assure un vol sur 5,
    – partenariat Public-Privé mal ficelé, inorganisé,
    – sources d’énergie (JIRAMA) défaillantes, très aléatoires,
    – grèves chroniques grèvant toute productivité ,
    – lourdeur administrative,

    – kidnappings, gabegies, corruptions, …
    – …
    Bref, de l’instabilité politique latente et surtout de l’insécurité généralisée.

    Hery Rajaonarimamampianina est bien gentil de collecter toute promesse d’investissements mais çà ne va pas loin tant que le ménage de la maison M/car n’a pas été fait. Et là, on n’est pas sorti de l’auberge. Y a trop de « provisoires qui durent » ( transition en prolongation !), beaucoup de périmés …
    Cà ne rassure personne sauf Ravalomanana pour 2018 !

  3. Que nous fassions connaître notre belle Isle Rouge au monde entier, c’est un devoir et un honneur pour tous les Malagasy.

    Un devoir car si nous ne nous faisons pas connaître, la Communauté Internationale (au sens le plus large possible) nous ignorera. Est-ce que les Malagasy savent qu’on nous confond et qu’on nous réduit au film « Madagascar » alors que c’est une facétie des réalisateurs de ce film ?

    – Un honneur car quel plaisir d’entendre les vazaha qui parlent de notre île avec une admiration non feinte pour décrire cette île-continent et la gentillesse de ses habitants malgré la pauvreté endémique ?

    Toutefois, je suis d’accord avec vous que les dépenses de prestige doivent être réduites car il y a urgence à établir un Etat de droit avec les institutions y afférentes et régler les problèmes d’une population réduite à la pauvreté tandis que d’autres vivent dans des villas « mijoalajoala » et roulent en 4×4 rutilantes.

    Mais nous avons les défauts des insulaires et nombreux sont ceux qui préfèrent vivre avec des oeillères au lieu d’ouvrir les yeux et de s’ouvrir au monde environnant.

    Vous pointez, à juste titre, le manque de franchise de nos dirigeants concernant l’état de notre économie. Certains Malagasy ont également honte de parler de cette réalité car on dirait que les problèmes vont disparaître en se les cachant.

    Combien de fois n’ai-je pas lu qu’il ne faut pas en parler car ce serait du gasy-bashing, presque un crime de lèse-majesté.

    Comment régler les problèmes d’un pays quand ses dirigeants et ses habitants ne veulent pas regarder en face la situation économique et la situation politico-sociale à Madagascar ? Comment appliquer les bons remèdes si le malade est dans la négation de sa maladie ?

    Nous devons faire un reset de notre mentalité d’insulaires pour mettre carte sur table ce qui nous a empêché de sortir de ce sous-développement endémique.

    Mais pour cela, il faut du courage et non se cacher derrière un patriotisme qui frise le souverainisme qui nous empêche de participer au monde globalisé.

    J’ai posé des questions dérangeantes qui permettent d’y voir un peu plus clair, mais certains sont gênés parce qu’ils ne veulent pas affronter la réalité.

  4. C’est une très bonne question que vous me posez là. C’est surtout la question classique de ceux qui sont froissés dans leur « malgachité » dès qu’on pointe quelque chose qui ne va pas chez les Malagasy ou dès qu’on essaie de faire réfléchir les Malagasy sur une situation donnée.

    Puisque vous savez poser les bonnes questions, je vous laisse l’honneur d’y répondre, concernant ce que vous avez fait, ce que vous faîtes et ce que vous ferez pour Ce Tanindrazana Malalantsika.

    Vous me donnerez certainement des idées et des conseils très édifiants du haut de votre honneur bafouée.

  5. Merci, Menalahy, de répondre à ma place à Raplein. Je n’aurais su mieux dire. Le principe d’une participation à tous ces salons, colloques et autres sommets est en soi pervers : délicat de ne pas s’y rendre aux yeux de la communauté internationale (et à ceux des Malgaches si prompts à reprocher tout et rien à leurs représentants), parfaitement inutile de s’y rendre en termes de retombées économiques réelles (sans parler du coût de tels déplacements qui se veulent de « prestige »). La quadrature du cercle, en quelque sorte. Moi, l’innocent de service, je suggère que le président de Madagascar tienne le langage de la vérité : « Mon pays est trop pauvre pour accepter ces invitations ». Au fait, pourquoi est-il si pauvre, plus de 50 ans après son indépendance ? Voilà les vrais sujets de débat. Tout le reste n’est que de la « communication », du vent.

  6. Marina ny teninao ry Menalahy fa isika rehetra no tompnan’andraikitra ny zavatra mitranga ao amintsika na dia ny Tompon’andraikitra voalohany @ ny zava-misy ary ny Mpitondra amin’izao fotoana izao. Isika aloha dia samy mahay mifanenjina ary samy miheso beloha fotsiny fa mba inona no zavtra mba vitanao eo amin’ny Firenenao ary mba mahay miaraka amin’ny olon kafa ve ianao mba hiray hery mba hanao zavatra ara-dalana ao@ ny Tanana io saha vitany ny vava fotsiny?
    Ka mahaiza miaraka mba hampandroso ny Tanana

  7. Ka taiza ary ianao ra harena no be resaka fotsiny. Inona no mba vitanao. Ny olona aloha dia manao fa raha ny resaka dia samy mahivita. Ny Mpitondra fanjakana ny firenana hafa izay tonga ao izany dia mandany andro koa hoy ianao. Ary mangina rehefa tsy hita izay vita.

  8. Très bonne opération de la part du Président Rajaonarimampianina. Voilà un homme qui assure! Il a un total dévouement pour son pays et ne contribue qu’à améliorer la vie quotidienne de la population malgache

  9. Certes, une il ne faut pas bouder notre plaisir d’être un invité d’une Expo internationale : c’est une belle vitrine pour notre pays.

    Toutefois, il faut être plus modéré, plus humble et surtout plus réaliste après nous être mirés dans le miroir de l’autosatisfaction.

    – Comment développer le tourisme dans un pays où règne l’insécurité même en plein centre ville ?

    – Comment attirer les touristes alors que l’infrastructure hôtelière est insuffisante ?

    – Le tourisme comme agent principal de notre développement ? Et quand les touristes manqueront à l’appel, comment remplir les caisses de l’Etat et endiguer le chômage de masse qui s’ensuivrait ?

    – Les tarifs rédhibitoires pratiqués par Air Malade ne sont-ils pas un frein pour ce développement touristique ? Sans compter les dysfonctionnements de Air Malade (vols annulés ou retardés sans préavis) et les conditions d’accueil à Ivato fonctionnaires de la PAF et autres qui se comportent comme des petits dictateurs.

    – Ne pas oublier que ces futurs investisseurs ne viendraient jamais tant que ce pays se trouve en état d’instabilité permanente : quand ils feront une étude de marché liée à la sécurité de leurs investissements, nombreux seront ceux qui seront découragés.

    – Quant à ces étudiants malagasy en provenance de Russie, ce sont des privilégiés car vous n’allez pas me dire qu’ils n’ont pas été « invités » par les responsables malagasy pour donner un lustre à notre stand et pour réconforter le Président-voyageur.

    – Quant à la Diaspora, il faudrait beaucoup d’efforts pour les convaincre d’investir au pays car elle sent mal aimée et abandonnée par ce gouvernement via les ambassades qui ne lui est d’aucun secours. pour exemple, l’ambassade de Paris (qui n’a pas d’ambassadeur) et qui n’est joignable ni par téléphone ni par e-mail et lorsque les ressortissants malagasy s’y rendent pour refaire leur passeport ou un acte administratif, ils sont reçus comme des chiens dans un jeu de quilles.

    – Arrêtons de rêver à voix haute et de nous dire que les Malagasy marchent pieds nus sur de l’or.

  10. Vous croyez? C’est une mise en avant de notre pays au niveau international. C’est une façon pour Hery Rajaonarimampianina et son équipe de donner un coup de pouce au tourisme, et dans une certaine mesure, l’économie toute entière de Madagascar et vous osez dire que ce n’es rien?

  11. Je l’ai déjà écrit : ce déplacement présidentiel à Milan, avec plusieurs ministres, était parfaitement inutile et l’avenir économique de Madagascar ne se joue pas dans une foire-exposition où le public vient se gaver gratuitement des spécialités culinaires de chaque pays. Mais on nous parle d’un succès pour la relance. Lequel ? Je n’y vois que quelques vagues promesses. Pas le moindre contrat ferme de signé, pas le plus petit investissement en vue… En revanche, je constate que des étudiants malgaches en Russie ont fait le déplacement à Milan… Très bien. Il s’agissait sans doute de ces rares étudiants qui reçoivent leurs bourses et peuvent même voyager. Paroles, paroles, paroles…

Poster un commentaire