Jean Max Rakotomamonjy : « Je n’ai vu ni signé le mémorandum »

Jean Max Rakotomamonjy s’en tient à la décision de la HCC qui propose un Pacte de responsabilité entre les deux institutions.
Jean Max Rakotomamonjy s’en tient à la décision de la HCC qui propose un Pacte de responsabilité entre les deux institutions.

De retour au pays après avoir participé à la Conférence des présidents de Parlement aux Etats-Unis, le président de l’Assemblée nationale s’est prononcé pour la première fois sur le sujet.

Coup de tonnerre hier du côté de l’Assemblée nationale. En effet, de retour au pays après avoir participé à la quatrième Conférence mondiale des présidents de Parlement qui s’est tenue à New York, le président de cette Institution, Jean Max Rakotomamonjy s’est prononcé pour la première fois à propos du Mémorandum pour la stabilité. Interviewé par nos confrères de « Tv Plus », il a décliné toute responsabilité sur cette affaire. « Je n’ai vu ni signé le Mémorandum pour la stabilité », a-t-il précisé. Une manière de démentir les informations selon lesquelles c’est lui qui était à l’origine de ce Pacte de non-agression entre le président de la République et les députés. Contrairement à ce qui a toujours été véhiculé, le député d’Andapa a fait savoir qu’il n’a pas encore rencontré Hery Rajaonarimampianina pour discuter de cette affaire. En tout cas, cette révélation de Jean Max Rakotomamonjy aura certainement des répercussions sur le projet de mise en œuvre de cet accord entre la Présidence et l’Assemblée nationale. Il est fort probable que le mémorandum n’ait pas obtenu le soutien de la majorité des députés. Et ce, contrairement aux informations véhiculées par les pro-HVM.

Nouvelle donne. Quoi qu’il en soit, le numéro Un de la Chambre basse a déclaré hier que « ce Pacte ne devrait faire l’objet d’aucune exclusion. « Le projet doit bénéficier de l’adhésion de tous les acteurs politiques et non pas d’une minorité », a-t-il soutenu. Et lui de réitérer au passage que l’accord en question concerne deux institutions. En quelque sorte, Jean Max Rakotomamonjy s’en tient à la décision de la Haute Cour Constitutionnelle qui propose un Pacte de responsabilité entre la Présidence et l’Assemblée nationale. Nul n’ignore pourtant que les tenants du régime ont opté pour une approche individuelle, en tentant de convaincre chaque député à soutenir les programmes présidentiels. Après cette révélation de l’élu d’Andapa, bon nombre d’observateurs se demandent si la relation entre Jean Max Rakotomamonjy et le président Hery Rajaonarimampianina est réellement au beau fixe. Hier, le numéro Un d’Iavoloha a encore déclaré qu’il rencontrera incessamment le président de l’Assemblée nationale en vue de la mise en œuvre du Mémorandum pour la stabilité. Il serait également intéressant de voir la réaction des partisans du HVM par rapport à cette nouvelle donne.

Davis R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. La Conférence mondiale des présidents de Parlement… Dit comme cela, c’est assez ronflant. Bien gonflé, même. Comme une baudruche. C’est quoi, encore, ce machin, ce sommet qui vole bas, cette réunion coûteuse qui permet un peu de shopping dans la grosse pomme (New York) ? Evidemment, chacun l’aura compris, cela NE SERT à RIEN ! A rien du tout, que du vent !
    Tongasoa Jean Max, j’espère que le voyage fut agréable, en classe affaire, et que les hôtesses furent prévenantes. Et maintenant, de retour en terre natale, on va s’attaquer à la petite politicaillerie habituelle, aux petites phrases qui résonnent d’autant plus qu’elles sont creuses, aux coups bas et autres grandes déclarations qui ne trompent que ceux qui adorent se faire tromper. Il y a une vertu monacale que j’apprécie beaucoup : le silence. Taisez-vous,  »élus » du peuple ! Le pays se meurt.

Poster un commentaire