Tribunal administratif : Requêtes de Lalatiana Rakotondrazafy non fondées

Le commissariat administratif a donné sa conclusion, hier. (Photo Yvon RAM)
Le commissariat administratif a donné sa conclusion, hier. (Photo Yvon RAM)

Les résultats officiels des élections communales dans la province d’Antananarivo seront connus le 18 septembre. Juste 24 heures après le verdict du tribunal administratif.

Le tribunal administratif d’Antananarivo a donné sa conclusion, hier, concernant les requêtes déposées auprès de cette juridiction. Elles ont porté pour la plupart des cas sur l’annulation partielle ou totale des voix obtenues dans les bureaux de vote, la disqualification, les infractions pénales et l’interversion des résultats. Le commissariat administratif conclut que 269 requêtes ont été déclarées irrecevables. Dans ce cas le dossier 06 CTX/EL/15/TANA portant sur la demande de disqualification de la candidate Lalao Ravalomanana présentée par le parti TIM et le dossier 61 CTX/EL/15/TANA portant sur l’annulation des voix obtenues par la liste de candidats TIM n’y figuraient pas, autrement dit recevables. En revanche, sur les requêtes jugées par le tribunal administratif comme non fondées, les deux dossiers susmentionnés en font partie. Bref, les requêtes de Lalatiana Rakotondrazafy non fondées.

Plainte. Par ailleurs, les voix obtenues dans certains bureaux de vote de Mahamasina-Est ont été annulées. Il en est de même pour quelques bureaux de vote dans les communes d’Alarobia (Manjakandriana) et d’Ivato. Les commissaires électoraux ont tenu également à souligner que certains domaines ne relèvent pas de leur compétence, notamment la liste électorale qui est du ressort du Tribunal de Première Instance et les violations des dispositions pénales. Ils ont fait aussi la remarque que la plainte portée à l’encontre du président de la CENI-T n’est pas également recevable. Notons qu’il y avait eu en tout 344 requêtes déposées au tribunal administratif d’Antananarivo.

Signes distinctifs. Faut-il rappeler que lors du débat contradictoire entre les avocats de Lalao Ravalomanana et Lalatianana Rakotondrazafy, les avocats de cette dernière ont souligné que « la candidate du TIM a mis des signes distinctifs pour attirer la sympathie des électeurs », pour eux cela constitue un aveu. Comme réplique les avocats de « Neny » ont brandi un procès verbal de délibération des membres de la CENI-T en date du 4 mai 2015 qui stipule que « pour respecter le principe du scrutin de liste, les caractéristiques contenues dans le spécimen, fourni par la liste des candidats au cours du dépôt de candidature, ne peuvent en aucun cas contenir la photo, le nom ou les prénoms d’une personne. Par conséquent, toute emblème ou titre de liste de candidats contenant un nom et/ou prénoms doit faire l’objet d’une modification. Toutefois, le cas échéant, l’utilisation d’un pseudonyme, d’un nom d’emprunt ou d’un diminutif est autorisée». Un procès-verbal qui a fait l’objet de polémiques.

Dominique R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

4 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Lalatiana R. Mahaiza mionona, dia mahaiza koa manaiky resy fa izany no fifidianana ary manarak’izay, ny tena mpanao politika dia mahay mijery ny lafin’ny ratsy sy ny tsara amin’ny mpifaninana aminy. Moa koa, ny fahaizanao manome soso-kevitra tsara ho entina mampandroso ny tanana no ataovy laharam-pahamehina manomboka izao, fa tsy ny fanakianana lavareny no andanianao fotoana.

  2. Lalatiana R. doit reconnaître qu’e!le et son entourage ont l’esprit court et peu inventif en polémiquant sur le bulletin de vote.Ils doivent se mordre les doigts de ne pas avoir eu cette idée.?? J’ai admiré la dignité de Neny de s’être démarquée en evitant les  »face à face » durant les propagandes avec descharognes. Je salue sa volonté de se  »faire des formations » pour voir comment se passent ailleurs. Cela témoigne sa détermination à faire changer la politique à Tana. » Que les chiens aboient et que la caravane passe ». God bless you NENY.

  3. Tsisy olona havita hampandroso afa tsy i Neny ihany .
    Hitan’ny vahoaka tsara izao ny fanapotehina nataon’ilay DJ mpanonogam-panjakana sy ny fahantrana nasetrin’izany.
    Mora ny manapotika fa sarotra ny manarina.
    Hanatra ho an’ny ho avy.

  4. Ny marina tsy mba maty fa matory. Tsofina rano mba hahavita hampandroso an’Antananarivo. Mba tsy hiongana na hitsoaka an-daharana.
    Tandremo Andriamanitra mahita ny miafina rehetra. Ary ny fahefana rehetra dia avy Aminy.

Poster un commentaire