Attente des résultats officiels : Le CFM s’érige en défenseur de la stabilité

CFM, crainte de la résurgence d’une nouvelle crise.

Le Comité du « Fampihavanana Malagasy » (CFM) poursuit ses efforts à vouloir aboutir à la réconciliation nationale, malgré le fait qu’elle n’y arrive pas, ne serait-ce que, l’esquisser.

En effet, après une série de descentes dans les provinces de Madagascar, cet organe – chargé de générer la notoire réconciliation nationale – réunit tous les acteurs concernés par le processus en général (la politique et les élections, en particulier) à Fianarantsoa, ce jour. L’objectif étant, d’après les informations qui nous ont été communiquées, d’ « instaurer la stabilité dans le pays », et spécialement, pendant cette semaine où la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) doit impérativement proclamer et publier les résultats officiels du premier tour de la présidentielle qui s’est tenu le 7 novembre dernier. En d’autres termes, le CFM craint la résurgence d’une nouvelle crise, particulièrement politique, mais ne l’affiche pas directement. De surcroît, se culpabilise-t-il, en quelque sorte, de l’échec de sa mission, dans la mesure où s’il avait pu réussir à baliser le processus de réconciliation nationale, la probabilité d’une nouvelle crise ne serait même pas hypothétique.

Eternelles recommandations.Mais ce n’est pas tout. Le CFM est un organe qui, certes, a de l’initiative mais ne peut formuler que des recommandations qui ne revêtent pas forcément un caractère contraignant. Et pourtant, c’est ce qui va se produire aujourd’hui à Fianarantsoa, à entendre le vice-président du CFM dans cette province. «Nous invitons toutes les parties prenantes à venir formuler des recommandations. Par ailleurs, nous allons également restituer toutes les autres recommandations qui ont été élaborées lors des précédentes rencontres. Demain (ndlr : aujourd’hui), nous allons en faire une compilation ; ce qui est tout à fait d’usage », annonce Rakotosamy Honoré. Si toutes ces recommandations sont réunies en un seul document, qui va se charger de les exécuter et d’en faire le suivi ? En parallèle, les partisans de chacune des parties n’empruntent pas véritablement une attitude favorable à la réconciliation mais, attisent plutôt la haine et le désordre ; ce qui va à l’encontre des valeurs du CFM….

Recueillis par A. A.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire