Dupuis, y a-t-il matière à polémiquer ?

Qu’ils s’appellent Platini, Maradona ou autres célébrités du football, quand les résultats ne suivent pas après leurs nominations ils sont écartés car seuls les résultats comptent. De grands noms de techniciens comme José Mourinho, Guardiola, Wenger ont en fait les frais et ne trouvent rien à redire. Ils sont sûrs de leurs valeurs intrinsèques et savent qu’ils ne seront pas longtemps sans emploi. De même de grandes équipes de la sphère du ballon rond se trouvent à un moment donné essoufflées et connaissent des creux de la vague et unanimement l’on s’accorde   qu’il faut un nouvel élan et l’on change la plupart du temps l’entraîneur même si on n’a rien à lui reprocher. Pour dire donc, que le métier connaît un turn-over élevé et cette précarité fait partie de cette profession. Pourquoi tant de tensions sur le cas du sélectionneur des Barea ? Une équipe que l’on a écrasé 2-6 chez elle et qui manque de peu la victoire chez nous n’est-il pas un aveu d’échec ? Le sentimentalisme ne doit pas faire oublier l’efficacité, cette capacité à donner des résultats. Peut-être l’euphorie de la CAN 2019 nous est montée à la tête et que l’on a pensé que notre inexistence d’avant est à oublier à jamais.

En vérité cette affaire de suspension unilatérale coiffe d’autres questions  non révélées. Entre autres, cette situation inextricable de l’instance dirigeante de notre football. Qui tient la barre ? Le comité exécutif dont la compétence n’est reconnue qu’ici ou le président ou  Rabekoto toléré et protégé là-bas ?   Parce que ce dernier est sous le coup d’une décision de justice mais en fuite suite à une évasion digne d’un scénario de film, et en plus, il fait la nique comme on dit vulgairement aux autorités locales y compris politiques. On veut le gommer en vain du paysage sportif et politique.

Il est clair que l’ambiance malgré l’engouement de tout un peuple n’est pas des meilleures pour les Barea  et ce n’est pas à Monsieur Dupuis d’ajouter de l’huile sur le feu, style « Un président à 11 000 kms ». L’on sait trop votre accointance avec certains milieux d’affaires «  douteuses » à Madagascar  quand vous  ne jouez pas l’homme-sandwich  à vos heures de boulot. Mais  de  ces  « piges », nous passons l’éponge. Mais soyez beau joueur, monsieur, on ne vous dira jamais assez merci d’avoir sorti notre football de sa longue léthargie et restons bons amis.

M.Ranarivao

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Franchement Dupuis a accepté sans rien dire son evincement en tant quentraineur donc cet article est non avenue me semble t’il

  2. Mr Ranarivao , avec tout le respect que je vous dois , N.Dupuis n’a jamais polémiqué par rapport aux décisions unilatérales du Président de la FMF , malgré le vote du Comité Exécutif , seul organe consultatif et délibérant au sein de la Fédération . J’admets qu’avec son droit de véto , le Président de la FMF a droit de « vie et de mort  » sur le Football Malagasy .Car il est question de « mort « subite dorénavant , et n’espérez pas retrouver le quart de final d’une CAN, encore moins participer à la Coupe du Monde. Il en a démontré la preuve …Malheureusement , sa conduite ne fait pas honneur à sa fonction , en prenant une décision , qui n’a pas eu l’aval d’une commission tripartite , à savoir , la FD (à 7 contre 3 ), l’Etat , et le concerné c’est à dire l’Entraîneur . Je fais appel à votre compétence journalistique ,pour vous remettre dans le cadre légal , et pour le cas de N. Dupuis , il a carrément accepté son sort , et s’en remet à la sagesse Malagasy , pour ses émoluments , à savoir le paiement de son salaire pour rupture de contrat , et de ses Indemnités de licenciement . En ont ils les moyens , puisqu’il faut le payer en Euro … C’est une autre paire de manches ,qu’i l faudra gagner .

Poster un commentaire