Gouvernement : Entre ouverture ou infiltration

Un gouvernement arc-en-ciel.

Les avis sont divisés par rapport à l’entrée dans le gouvernement d’éléments étrangers à la majorité présidentielle.

« Le meilleur moyen de renverser un gouvernement, c’est d’en faire partie ». Des militants avertis de la Révolution Orange se réfèrent à cette citation de Talleyrand pour signifier leur appréhension devant l’entrée dans le gouvernement de ministres collabos des régimes précédents. Et de citer la vice-ministre chargée de la Jeunesse qui faisait parti(e) des jeunes HVM. Ou encore le ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, Harifidy Ramilison qui avait détenu le même portefeuille avant de devenir par la suite chef de région à l’époque du TIM. « Teo Ihany no Miverina », selon les faucons du régime actuel.

« Mpijapy train ». Les deux nouveaux entrants sont qualifiés de « Mpijapy train à mi-parcours » par les inconditionnels du TGV tout en faisant remarquer qu’ « il n’y a que deux ministres Orange, en l’occurrence Pierre Holder à l’Intérieur et à la Décentralisation et Roberto Tinoka aux Transports et à la Météorologie ». Quant à la nomination de Sophie Ratsiraka à l’Artisanat et Métiers, cela ne pose pas problème pour les partisans de « Zandrikely » qui considèrent le défunt Amiral comme un « Zoky Raiamandreny ». Même considération à l’égard du ministre de l’Aménagement du Territoire et des Services fonciers, Hajo Andrianainarivelo qui « reste et demeure un allié avec le Malagasy Miara-Miainga ». Idem en ce qui concerne la fondatrice du parti Freedom et ministre de la Communication et de la Culture Lalatiana Andriantongarivo Rakotondrazafy qui est non seulement la porte-parole du gouvernement, mais celle du régime dans son ensemble. Les militants Orange de la première heure ne voient pas non plus rouge face à la nomination d’un élément du parti Vert, en la personne de la vice-ministre chargée de la Reforestation, Hortensia Antoinesie

Effet d’entraînement. Pour sa part, l’aile modérée du TGV pense que « l’ouverture du gouvernement à d’anciens éléments du TIM et du HVM pourrait profiter au régime en place à condition que ces transfuges aient suffisamment d’aura pour provoquer dans leur sillage un effet d’entraînement, surtout dans la perspective de l’échéance de 2023 ». À propos justement d’élection présidentielle, des pro-TGV craignent que le pouvoir perde le Nord face à l’entrée en force dans le gouvernement de ministres originaires du Sud. « Alors que le Faritany de Toliara ne représente pas le gros du collège électoral quand bien même il caracolerait en tête du tableau en termes de pourcentage à la dernière course à la magistrature suprême ».

Curriculum vitae. Entre les uns qui crient à l’infiltration et les autres qui y voient une ouverture, il y a ceux qui se posent aussi des questions sur les critères ayant prévalu au choix de certains ministres. Et ce, eu égard au curriculum vitae de quelques nouveaux membres du gouvernement dont le parcours universitaire est moins remarquable que remarqué, par rapport au millier de cerveaux qui a fait l’objet d’appel à candidatures début 2020. Un an et huit mois après, que sont-ils devenus ?

R.O

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

3 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. @ Lambo

    Vos banalités correspondent bien à votre piètre capacité d »analyse politique . Le sentimentalisme n’a pas de droit de cité dans une république exemplaire .Dans le cas d’espèce il y a clairement erreur de casting et la responsabilité incombe directement aux deux têtes de l’exécutif . L’amateurisme avec un manque flagrant de discernement amène à conclure qu’on n’a pas de vrais hommes d’états aux commandes . Quoi que l’on dise c’est une erreur d’appréciation qui laissera des traces . Le peuple Malgache s’en tape carrément de vos envolées philosophiques pour amuser la galerie . Les faits sont là : la compétence et le professionnalisme ne sont pas dans les ADN de ceux qui sont au sommet de l’état !

  2. Point de vue :
    C’est se perdre en conjectures que de déblatérer sur les capacités de chacun des membres du nouveau gouvernement.
    Un background n’est jamais suffisant pour conjuguer le présent au passé.
    Les Qualités et les défauts des humains restent à illuminer le sentier des vertus.
    Tout procès d’intention n’est que frein à une vitesse de croisière; d’autant que le parcours sera long et parsemé d’embûches.
    Aussi, poser au départ les balises comme éléments indicateurs est une juste vision; voire, un impératif; à savoir :
    Honnêteté, Intégrité, Efficience.
    Éléments indéniables et sans exutoire pour chacun des membres.

  3. Le président de la république n’a pas retenu l’amère expérience du passage d’un certain …Paul Rafanoharana dans son sillage . Maintenant ce nouveau conseiller diplomatique qui commence à prendre la grosse tête n’inspire pas du tout confiance à des observateurs avertis . Comme  » infiltré  » il n’y aurait pas mieux . Son parcours zigzag avec un opportunisme assumé vis à vis des différents régimes en dit long . On n’évolue pas par exemple dans les hautes sphères d’un régime pourri comme le HVM . L’histoire risque de ne pas nous contredire !

Poster un commentaire