MEN : 2/3 des enseignants sont des maîtres Fram

Le système de l’éducation malgache est effectivement entre les mains des enseignants non fonctionnaires (ENF). D’où l’intérêt de veiller à ce que leurs conditions de travail suivent les normes.  

Effectivement, c’est le ministère de l’Education Nationale qui détient le record du plus grand nombre de personnel par rapport à tous les autres, un fait vérifié par l’existence des nombreux enseignants, éparpillés dans tout le pays. Cependant, selon les explications de Niry Rakotomalala, Directeur des Ressources Humaines auprès dudit ministère, c’est seulement 1/3 d’entre eux qui sont des fonctionnaires. Mais les autres, c’est-à-dire les 2/3, sont tous des ENF (enseignants non fonctionnaires), ou les maîtres FRAM (qui sont recrutés par l’association des parents selon les besoins de l’établissement). Actuellement, ils sont plus de 83 000 dans les différentes régions de la Grande Ile, dont environ 70 000 dans les EPP, 12 000 dans les CEG, et 1 100 dans les lycées. Une grande majorité d’entre eux sont subventionnés par l’Etat, soit plus de 70% à hauteur de 110 000Ar par mois. «Ces derniers temps, l’on a enregistré une forte augmentation du nombre des ENF. Et la plupart pensent qu’une fois devenue des enseignants FRAM, ils vont automatiquement obtenir des subventions de l’Etat, ainsi de devenir des fonctionnaires. Mais l’on ne peut faire que ce qui sont dans les moyens du ministère pour les subventions, et de recruter des enseignants fonctionnaires en fonction des postes budgétaires existants», rajoute Niry Rakotomalala. Ainsi, selon toujours les explications, le MEN est actuellement en train de chercher des moyens pour régulariser les recrutements de ces nouveaux ENF effectués par les parents d’élèves pour pouvoir normaliser les subventions, en instaurant en revanche la politique de normalisation. La norme officielle a été donc fixée à 50 élèves par maître, car la normalisation consiste à réduire le quota de subvention des ENF des écoles présentant un ratio élève-maître supérieur à la norme afin de pouvoir combler les besoins d’autres écoles dont les ratios sont inférieures à la norme.

Conditions de travail. Par ailleurs, il existe 59 350 fonctionnaires dans le MEN, dont 42 350 d’entre eux sont des enseignants, soit 70%. 25 842 travaillent dans les EPP, 12 842 dans les CEG, et 3 666 dans les lycées. Les autres 16 650 fonctionnaires, sont des opérateurs dans le ministère central. Les ENF sont donc beaucoup plus nombreux que les enseignants fonctionnaires. Ce qui fait que le régime de l’éducation malgache est en grande partie entre les mains des ENF ou les maîtres FRAM. C’est pour cela que le MEN est en collaboration avec tous ses partenaires financiers et techniques (Banque Mondiale, l’Union Européenne, l’AFD, l’Unicef,…) par le biais des projets PAUET, PAUSENS, PASSOBA,…) pour la revalorisation des conditions de travail de ces derniers. Ce, en mettant en œuvre de nouvelles techniques pour accélérer le paiement des subventions (M-Vola, Orange Money, etc.), la mise en place des formations continues afin de les préparer à devenir des fonctionnaires, ou au moins, des fonctionnaires contractuels.

Arnaud R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication