Cancer du sein : Un nouveau test sanguin pour prévenir, … 10 ans à l’avance !

Le moyen de dépistage le plus répandu, pour le cancer du sein, reste la mammographie.
Le moyen de dépistage le plus répandu, pour le cancer du sein, reste la mammographie.

La nouvelle vient d’une équipe de chercheurs de « University College London ». Ces scientifiques ont affirmé avoir découvert un procédé permettant de déterminer les femmes à risque de cancer du sein et ce, une dizaine d’années avant l’apparition de la tumeur.

Pour l’instant, il ne s’agit en aucun cas d’un mode de prévention accessible par la majorité. Il s’agit d’un résultat des recherches effectuées par une équipe de scientifiques britanniques issue de « University College London ». Toutefois, l’espoir est permis de voir, dans l’avenir, cet outil vulgarisé à une échelle plus vaste. L’équipe de scientifiques qui a mené la recherche, dirigée par le Pr. Widschwendter,a mis au point un nouveau test sanguin qui permet de déterminer les femmes à risque de cancer du sein et ce, dix ans avant que la tumeur n’apparaisse. Une grande avancée dans la mesure où cet outil permettrait la mise en place d’une série de mesures préventives, afin de réduire au minimum le nombre de nouveaux cas de cancers du sein. Ce test nouvellement découvert permet ainsi d’identifier une particularité sur l’ADN des cellules sanguines qui permettrait de prédire de manière précise un développement ultérieur d’un cancer du sein. D’après le Pr Widschwendter, après le test, les décisions médicales pourraient par la suite, être ajustées en fonction du degré du risque : traitement de prévention, conseils sur l’hygiène de vie et l’alimentation, etc…

Avant la découverte de ce nouveau test, le seul test possible consiste à déterminer les femmes porteuses d’un gène nommé BRCA1 défectueux et qui présentent donc un risque très élevé de développer un cancer du sein. On se rappelle de la célèbre actrice Angelina Jolie qui se trouvait dans ce cas et qui a pris la décision de subir une ablation préventive des deux seins.

Hanitra R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication