Jean Ravelonarivo : « 100 % de confiance mais 0 tolérance »

Le Premier ministre, Jean Ravelonarivo, lors de sa visite dans le district de Port-Bergé.
Le Premier ministre, Jean Ravelonarivo, lors de sa visite dans le district de Port-Bergé.

Depuis jeudi, le Premier ministre, accompagné de son staff et de quelques membres de son gouvernement, effectué une tournée administrative dans la région Sofia… pour des consignes et instructions à l’endroit des agents de l’Etat. 

A chacun de ses déplacements dans les différentes régions de Madagascar, la délégation gouvernementale présidée par le Premier ministre Jean Ravelonarivo, intègre dans son programme les rencontres directes avec les fonctionnaires et les autorités locales. Ces derniers sont alors rassemblés dans un endroit précis pour recevoir des consignes, voire des ordres venant directement du chef du Gouvernement, et de quelques ministres qui l’accompagnent, pour le respect de l’Etat de droit. Une initiative entrant dans le cadre de la Politique Générale de l’Etat (PGE) renforcée par le  « Paikady Natao Dinasa » ou Plan National du Développement (PND) dont l’application suit la Politique de Mise en Œuvre (PMO). « Les 1ers objectifs du PND regroupent la promotion de l’Etat de droits, la Bonne gouvernance, la Lutte contre la corruption, la Solidarité Nationale et la Démocratie », a rappelé le Chef du gouvernement. Avant de déclarer : « Mais une Bonne gouvernance nécessite surtout l’application de la loi à tous les niveaux et pour tout le monde ». Ainsi, le Chef du gouvernement se veut être strict quant au respect des disciplines et des textes en vigueur. « J’ai entièrement une confiance en vous, mais, aucune tolérance pour les fraudeurs. Car nul n’est censé être au-dessus de la loi, y compris moi », lance-t-il avec un ton ferme.

 Tourner la page. Depuis jeudi jusqu’à hier, la délégation gouvernementale a pu visiter trois districts de la région Sofia, notamment Antsohihy, Mampikony, et Port-Bergé, toujours pour les mêmes raisons. C’est d’ailleurs une mission déjà accomplie au niveau de 6 districts, et qui va encore être effectuée dans les 113 districts restants. Toutefois, cette équipe menée par le PM ne se déplace pas pour enregistrer ni écouter les doléances, mais quasiment pour donner des ordres. C’est donc une communication à sens unique. « Le désir d’un chef est un ordre », martèle le PM. « Tout de même, si vous vous sentez victimes ou constatez des pratiques allant à l’encontre du principe de développement de l’Etat, n’hésitez surtout pas à vous adresser aux ministères concernés, ou venir directement à la Primature. Les portes du Palais de Mahazoarivo vous seront toujours grandes ouvertes », a fait savoir le Gal Jean Ravelonarivo. Lui qui affirme être le chef de l’Administration, avance : « Je ne recule devant rien ni personne quand il s’agit de penser au bien de la Nation. Car il est maintenant grand temps de tourner la page ». Sa façon à lui de mettre en garde ceux qui visent la déstabilisation de la machine administrative. « Il est porté à la connaissance de tout le monde qu’aucune manifestation sur la voie publique, ni attroupement n’est toléré jusqu’à nouvel ordre, surtout avant la proclamation officielle des résultats des élections communales. Il faut maintenant laisser l’Etat travailler », a d’ailleurs déclaré le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, Olivier Mahafaly Solonandrasana, dans son allocution.

Des réformes en cours. Changement de comportements menant vers le développement, facile à dire mais encore très difficile à faire surtout pour un pays comme Madagascar. Mais en se montrant strict quant au respect de la loi, le chef du Gouvernement cherche à refléter l’image d’un dirigeant modèle et exemplaire. Il a ainsi évoqué différents types de réformes déjà en cours de réalisation dans différents secteurs, en l’occurrence celui des finances publiques, de la fiscalité, de la douane, de la politique foncière, au niveau de la Justice, … Sans oublier la réforme concernant la Banque centrale visant à laisser celle-ci gérer par elle-même sa propre politique de gestion en général. « Désormais, l’Etat ne déterminera plus le taux directeur de la Banque centrale. Il se limitera aux activités relatives au suivi et contrôle des démarches entretenues par cette entité, en fonction de l’économie malgache et de l’économie mondiale », explique le Gal Jean Ravelonarivo. En somme, toutes ces bonnes initiatives du PM ont toujours ravi ses interlocuteurs. Mais le plus dur reste à faire : leurs applications. D’ailleurs, lors de chaque rencontre avec les fonctionnaires dans les différents endroits visités, la délégation gouvernementale a toujours reçu des applaudissements de la part de l’assistance, un signe de joie et d’acceptation de la part de cette dernière, mais aussi un signe d’attente. « On ne peut espérer un miracle. Et nul ne peut non plus garantir qu’il y aura des résultats immédiats. Toutefois, la volonté de l’Etat est déjà là. Il faut y croire », conclut le PM.

Arnaud R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire