JICA : Décentralisation de la gestion des écoles publiques

Election démocratique des membres du FEFI
Election démocratique des membres du FEF

L’amélioration de la qualité de l’enseignement implique la reforme du système éducatif dont la gestion transparente des établissements scolaires est l’un des pierres angulaires. Dans le cadre du Projet TaFita, le Cisco d’Avaradrano a été choisi pour la mise en place et la mise en application du nouveau comité de gestion des écoles publiques FEFI ou Farimbon’ny Ezaka ho an’ny Fahombiazan’ny Fanabeazana eny Ifotony. Le but étant à la fois d’assurer un bon niveau scolaire des enfants et de renforcer la capacité de gestion et de leadership des villageois.

Les professionnels de l’enseignement sont formels lorsqu’ils affirment que les anciennes structures de gestion des écoles publiques, le Fram et le Fiombonana Antoka ho an’ny Fampandrosoana, ont été défaillantes. Selon Bénédicte Rahendrimanantsoa Randriamparany, directrice de l’école Primaire publique d’Ankadiefajoro-Mavolambo  Anjeva, les causes résideraient dans le système de gestion du budget des établissements publics. « Les deux structures disposaient chacune de leur comité de gestion. Les membres desdits comités avaient donc leur façon de gérer les fonds alloués par l’Etat » ajoute-t-elle. L’on est donc tenté de penser que les mauvais résultats enregistrés par les écoles publiques du pays, dont l’EPP d’Ankadiefajoro-Mavolambo Anjeva, ont un étroit rapport avec leur qualité de gestion. Dans le but de remédier à ce problème, le ministère de l’Education en collaboration de l’Agence japonaise de Coopération Internationale (JICA), a mis en place le projet TaFita dont le but est la conception et l’application d’une stratégie de gestion efficace et transparente des écoles publiques. C’est donc dans ce cadre qu’a été élaboré le FEFI ou Farimbon’ny Ezaka ho an’ny Fahombiazan’ny Fanabeazana eny Ifotony. Remplaçant les anciennes structures, se basant sur une approche participative et décentralisée des acteurs locaux, ce modèle a d’abord été mis en place de façon officielle dans le Cisco d’Avaradrano, notamment dans le fokontany d’Ankadiefajoro-Mavolambo  Anjeva, dans la journée du 07 octobre 2016. Durant laquelle des élections des membres de l’Assemblée Générale et du Bureau permanent ont été démocratiquement faites.

Des perspectives positives. Les propos sont les mêmes qu’ils s’agissent des habitants, du Chef Cisco Avaradrano ou des représentants de la JICA. Cette initiative ne peut qu’apporter des résultats positifs aussi bien pour le fokontany d’Ankadiefajoro-Mavolambo  que pour le pays lui-même. « La responsabilisation de la population locale va donner un nouveau souffle quant à l’enseignement dans la Cisco. Impliqués dans le processus de développement de l’éducation, les villageois participeront dans le développement du système éducatif » a conclu Dera  Rakotomalala, le Chef Cisco d’Avaradrano.

José Belalahy

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire