Sécurité sanitaire des aliments :Renforcement à travers le Codex Alimentarius

Le programme Codex Alimentarius est en bonne voie d’être renforcé à l’échelle nationale. Avec le financement du fonds fiduciaire 2 dont vient de bénéficier le comité national du Codex Alimentarius (CNCA), le projet d’« Appui à la mise en œuvre du projet pour le renforcement des structures, processus et systèmes du Codex à l’échelle nationale » a pu être mis en place. Lancé hier, lors d’une cérémonie de lancement officiel à l’hôtel Le Pavé Antaninarenina, ce projet de renforcement du Codex à l’échelle nationale vise, entre autres, à renforcer les structures nationales, à savoir le Point contact Codex (PCC) et le CNCA, ainsi que l’information et la sensibilisation sur les activités du Codex.  

Normes et codes. Le Codex Alimentarius, rappelons-le, est un programme mené conjointement par la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) et l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) depuis plusieurs décennies, et consiste à mettre en place et recueillir, à travers un organe exécutif, à savoir la commission du Codex, les normes alimentaires et autres codes et recommandations concernant les domaines agricole et agroalimentaire. L’objectif en est d’assurer la sécurité sanitaire des aliments. Les filières agricoles et le secteur de la transformation agroalimentaire sont ainsi directement concernés. Les normes alimentaires constituent alors un moyen de protéger les consommateurs et facilitent les échanges commerciaux internationaux de denrées alimentaires.

Pesticides. La structure malgache existante sur le Codex se penchera sur une multitude d’activités. Parmi de nombreuses activités envisagées figure l’étude – dont la concrétisation reste à valider – sur l’usage des pesticides sur les produits maraîchers dans une zone de production bien définie, à Madagascar. Ce volet de l’usage des pesticides qui intéresse au plus haut point les consommateurs dans les pays développés, ne semble pas être suffisamment développé à Madagascar et devient source d’inquiétude pour les consommateurs, tout en limitant les possibilités d’exportation de certains produits alimentaires, faute de pouvoir répondre aux normes alimentaires. Pourtant, ces pratiques utilisées dans le milieu agricole touchent directement la santé des consommateurs.

Capacités solides. La mise en place du projet d’appui à la mise en œuvre du projet pour le renforcement des structures, processus et systèmes du Codex, a pu être réalisée après la sélection du dossier malgache pour bénéficier du nouveau fonds fiduciaire du Codex. Ce nouveau fonds a été lancé en février 2016 afin d’aider les pays à mettre en place des capacités solides, fortes et durables pour participer au Codex. Le dossier de candidature soumis par le PCC et le CNCA pour bénéficier de ce fonds « afin de pallier aux lacunes identifiées et de capitaliser les acquis issus de l’outil de diagnostic des capacités nationales », a été suffisamment pertinent pour être sélectionné. Madagascar a ainsi été sélectionné en juillet 2016, en tant que bénéficiaire avec trois autres pays parmi une quarantaine de pays candidats.

Hanitra R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire