Coupure d’eau hier à Antsahameva Ankatso Révolte des habitants

Les habitants d’Antsahameva font la queue devant les citernes d’eau de la Jirama, une ambiance tendue et des lèvres sèches. (crédit photo : Anja)

C’est à une population en rogne que nous nous sommes adressé hier matin dans le Fokontany d’Antsahameva à Ankatso. Mécontents, les habitants se sont regroupés dans la rue avec des pancartes mentionnant leur demande « le retour de l’eau le plus tôt possible pour le Fokontany».

Hier très tôt dans la matinée, les habitants du Fokontany Antsahameva se sont donnés rendez-vous dans la rue avec des barrages faits de bidons jaunes. « Depuis dimanche, notre fokontany n’a pas eu accès à l’eau de la Jirama » a déclamé monsieur Rivo dès le début de notre entretien hier à Antsahameva. Cet habitant consterné par la situation a également déclaré qu’il est déjà allé voir les responsables au niveau de la Jirama (Jiro sy Rano Malagasy) à Mandroseza afin d’éclaircir cette situation et que les responsables lui ont répondu que cette coupure est due à une fuite du réseau de distribution dans cette zone, combinée à un problème  de pompage de l’eau. « Pourquoi est-ce que ce genre de problème n’est pas encore résolu jusqu’à maintenant ? » a-t-il demandé en ajoutant que « cela fait quand même des années, plus précisément cinq ans , que la population d’Ankatso et des communes environnantes souffrent d’une distribution défaillante de l’eau ! ». De son côté, une jeune fille, bidon en main, d’un air plus calme, dit avoir tenu bon pendant ces cinq jours en s’approvisionnant en eau dans les puits « mais même les puits n’ont plus assez d’eau » a-t-elle dit. Toutefois, si elle a rejoint le rang de ceux qui ont décidé de faire la grève ; elle estime qu’ « on ne peut pas continuer à vivre éternellement de cette manière ! ».

Deux citernes remplies d’eau. Dès que la grève des habitants d’Antsahameva a commencé à faire la une des réseaux sociaux, la Jirama s’est empressée de venir sur place avec deux camions transportant deux citernes remplies d’eau. Bien sûr, il ne s’agit que d’une solution temporaire pour approvisionner la population en eau, a expliqué le directeur de la communication et des relations publiques de la Jirama, Tsitohery Francesca Andriamampionona, croisé sur place. « Il convient de noter que, ce fokontany figure parmi les zones de la capitale où l’approvisionnement en eau présente des complications depuis des années » a-t-elle confié. « Dès que nous avons entendu les nouvelles concernant la coupure de eau à Antsahameva, nous sommes immédiatement venus rencontrer  le responsable du fokontany et le responsable des bornes fontaines pour en connaître les détails. C’est ce qui nous a permis d’être ici aujourd’hui avec des solutions ; le premier est la distribution d’eau via les camions transportant des citernes, et le second est l’enquête menée par nos techniciens sur une éventuelle fuite dans le réseau de distribution » a-t-elle continué .

  • Solution à long terme. La zone Est, qui compte plusieurs fokontany pour ne citer qu’Ambohimirary, Ambatomaro ou Ambohimangakely, rencontre depuis des années un problème d’accès à l’eau de la Jirama d’après madame Tsitohery Francesca Andriamampionona. La Jirama serait en ce moment en train de construire une nouvelle station de production d’eau pour cette zone. « Cette nouvelle station sera opérationnelle dans quelques mois » toujours d’après les dires du directeur de la communication de la Jirama. Quant aux citernes qui approvisionnent la population depuis hier, ce système se poursuivra jusqu’à ce qu’une autre solution sera trouvée ; « Pour ce jour, l’objectif de la Jirama est la remise à la normale de l’approvisionnement en eau à l’aide des citernes ; toutefois un accès de 24 heures sur 24 n’est pas encore possible pour l’instant ! » nous a expliqué cette responsable au niveau de la Jiro sy Rano .

Une brève grève. Pour les habitants d’Antsahameva, aucune autre grève n’est prévue pour le moment, l’heure est encore au remplissage des bidons d’eau. Toutefois, une partie estime que ces grosses citernes ne sont pas une solution ; monsieur Rivo a même dit que la venue de ces camions peut entraîner des bousculades et des disputes entre les habitants. Mais quoi qu’il en soit, fort heureusement, cette petite grève du vendredi ne s’est pas aggravée, notamment grâce à l’intervention rapide des forces de l’ordre et aussi à l’arrivée des citernes d’eau de la Jirama qui ont allégé, un peu les angoisses de la foule. La demande est simple pour les personnes interrogées sur place ; que les responsables et le gouvernement regardent de plus près ces incessantes coupures d’eau et d’électricité à Antananarivo.

Anja RANDRIAMAHEFA 

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire