Jesosy Mamonjy Ankorondrano : Les fidèles manifestent contre la réouverture de l’église

Certains fidèles de l’église Jesosy Mamonjy revendiquent le maintien de sa fermeture provisoire, ce qui n’est pas le cas pour d’autres.

La réouverture de l’église Jesosy Mamonjy Ankorondrano est contestée par certains fidèles, jusqu’à ce qu’un compromis soit trouvé entre les responsables. Pour se faire entendre, ils ont érigé des banderoles contenant leurs revendications, samedi, dans l’enceinte de l’église. 

Malgré la fermeture temporaire de l’église Jesosy Mamonjy Ankorondrano, des fidèles ont tout de même été aperçus sur place, samedi dernier. Leur présence sur les lieux est loin d’être fortuite. Après l’annonce faite par certains membres du conseil d’administration de l’église concernant les rumeurs sur  la tentative d’ouverture forcée de l’église, certains fidèles ont voulu être sur place pour empêcher ce « forcing ». Ils ont érigé des banderoles où étaient inscrites leurs revendications, comme le respect du statut de l’église ou encore la contestation de l’intervention d’un élu dans cette affaire. « Selon l’instruction de la préfecture de police, la réouverture de cette église dépendra du consensus trouvé entre les deux clans protagonistes de l’église. Jusqu’à présent, aucun accord n’a été trouvé mais certains responsables de cette église ont désigné un conciliateur, ce qui est tout à fait inadmissible dans la gestion de cette affaire de l’église », déplore Rémi Ramanamiantra, porte-parole des fidèles. De l’autre côté, les représentants de cet élu étaient venus sur place pour demander aux manifestants d’enlever les banderoles sur lesquelles figure son nom. Chose que les fidèles de l’église n’ont pas apprécié. Globalement, cette manifestation s’est déroulée dans le calme, et les éléments des forces de l’ordre ont été aperçus dans les parages depuis la matinée.   

En attendant la réouverture officielle de l’église Jesosy Mamonjy, les huit membres du conseil d’administration ont fait appel à la préfecture de police et au ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation pour voir de près cette situation. « Nous n’avons signé aucune lettre concernant la réouverture de notre église. Ce qui est également le cas pour les responsables étatiques. Nous sommes ouverts au dialogue et désireux d’examiner attentivement les propositions pour mettre fin à ce problème », explique à son tour Gilbert Ranaivoarisoa, membre du conseil d’administration. À rappeler que la préfecture de police d’Antananarivo a notifié la fermeture temporaire de cette église depuis le 17 mars 2021 suite à un affrontement entre les fidèles. 

Narindra Rakotobe

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire