Année scolaire 2021 : Les frais d’inscription pris en charge par l’Etat

Le défaut de cotisation n’est pas un obstacle à la scolarisation d’après Andriamiakatsilavo Raoniherijaona.

Cinq millions d’élèves issus de 28 000 EPP, 2 800 CEG et 574 lycées ne paieront pas les frais d’inscription pour cette nouvelle année scolaire. Le montant de la caisse-école pour assurer le fonctionnement de chaque établissement a également été révisé à la hausse.

Du concret. Le coup d’envoi de la rentrée scolaire a été donné hier au CEG et EPP Anosibe par le Directeur en charge de la pédagogie (DGP) auprès du ministère de l’Education nationale (MEN), Andriamiakatsilavo Raoniherijaona. Durant sa descente sur les lieux, ce responsable n’a pas manqué d’énumérer les efforts déployés par l’Etat dans le cadre de l’éducation pour tous, inscrite dans le « velirano 4 ». Il a cité entre autres la hausse du budget destiné à la « caisse-école ». Farasoa Raboana, un des parents d’élèves au Lycée Ambohimanarina a félicité cette initiative de l’Etat pour soutenir le secteur de l’éducation. « Avec l’octroi des caisses-écoles, le montant des cotisations à payer a considérablement diminué. Ainsi, nous pouvons effectuer d’autres engagements afin d’apporter nos contributions dans l’amélioration de l’état du lycée où nos enfants étudient », témoigne-t-elle. Le DGP a également mis en exergue la gratuité des frais d’inscription et de réinscription qui seront à la charge de l’Etat et a souligné que le non-paiement des cotisations parentales ne devrait aucunement être un obstacle pour la scolarisation d’un enfant. « Les dépenses liées à la réalisation de divers projets relèvent d’un consensus entre les parents et le FEFFI. Elles ne doivent pas compromettre l’inscription d’un enfant dans un établissement scolaire », a-t-il souligné. Pour cette nouvelle année scolaire, les élèves dans les EPP ont été aussi dotés de “kits scolaires” pour alléger les charges parentales. Ceux dans les zones éloignées sont priorisés par l’Etat.

Rehausser le niveau des élèves. Pour améliorer la qualité de l’éducation, plusieurs dispositifs ont déjà été mis en place par le ministère de tutelle. Il y a entre autres le recrutement des sortants des CRINFP (Centre régional de l’institut national de formation pédagogique) qui seront éparpillés dans toutes les régions du pays. Le MEN prévoit également de former 15 000 maîtres Fram et de procéder au recrutement de 1075 enseignants par le biais du « recrutement spécial ». Concernant les élèves, c’est durant cette descente à Anosibe que Andriamiakatsilavo Raoniherijaona a annoncé qu’une évaluation sera organisée à la fin de chaque bimestre pour identifier  les points qui présentent encore des lacunes afin d’améliorer le niveau des élèves.

Narindra Rakotobe

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire