Santé : La maladie d’Alzheimer touche aussi les jeunes

Des sensibilisations sont également effectuées par l’ONG pour faire connaître les signes précurseurs de la maladie d’Alzheimer.

Les jeunes dans la vingtaine peuvent également être touchés par la maladie d’Alzheimer. C’est dans cette optique qu’un dépistage gratuit sera organisé ce 21 septembre dans le cadre du mois mondial de lutte contre cette maladie.

La maladie d’Alzheimer frappe généralement les personnes âgées de plus de 65 ans. Mais les personnes plus jeunes ne sont pas toujours épargnées. Durant une séance de dépistage organisée par l’ONG Madagascar Alzheimer-Masoandro mody », des jeunes âgés de 25 à 35 ans ont présenté les symptômes de cette maladie, selon la chargée de famille auprès de cette ONG, Sylvia Rakotozafy. A l’occasion du mois mondial de lutte contre la maladie d’Alzheimer, un diagnostic gratuit sera, comme à l’accoutumée, organisé au siège de l’ONG à Fenomanana Mahazoarivo ce 21 septembre. Une inscription préalable est nécessaire pour une meilleure organisation. « Plus la maladie est repérée tôt, plus il est possible de mettre en place un accompagnement adapté. En effet, elle commence à affecter les jeunes qui ne sont pas encore à la retraite, ce qui explique la nécessité d’un diagnostic précoce », a-t-elle expliqué.

Facteurs. Cette maladie se caractérise par une perte progressive de la mémoire et de certaines fonctions intellectuelles. Le manque d’activité physique, le tabagisme, le surpoids, le diabète, les traumatismes crâniens subis dans le passé ou encore l’hypertension sont des facteurs qui augmentent les risques de développer la maladie d’Alzheimer. Il n’existe pas de traitement curatif mais un suivi médical permet de freiner la progression de la maladie. Généralement, un patient présente des pertes de mémoire concernant des événements récents. Il répète les questions, effectue deux fois un même achat, ne se rappelle plus de la personne qu’il vient de rencontrer ou ne se souvient plus de l’endroit où il a rangé un objet important. Ce ne sont que des exemples parmi tant d’autres mais ce sont des signes qui ne trompent pas.

Activités. Concernant la prise en charge des malades, elle repose sur des traitements non-médicamenteux destinés à leur préserver un certain niveau d’autonomie et de bien-être. Pour l’ONG « Madagascar Alzheimer-Masoandro mody », des activités ludiques sont organisées pour combler les besoins affectifs des patients mais également pour améliorer la communication. « Les malades ne doivent pas rester cloîtrés chez eux. Ils ont besoin d’effectuer des activités manuelles ou cérébrales », renchérit Sylvia Rakotozafy.

Narindra Rakotobe

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire