Résurgence de la peste : 31 cas confirmés et 12 décès en trois mois

Les personnels de santé procèdent toujours à la désinsectisation des foyers après le signalement des cas.

19 cas de peste bubonique et 12 cas de peste pulmonaire ont été signalés dans huit districts du 1er août au 21 octobre. Cette maladie a emporté 12 personnes en l’espace de trois mois.                           

La peste fait son retour. Du 1er août au 21 octobre, 31 cas confirmés de peste ont été répertoriés par le ministère de la Santé publique dont 19 sont de forme pulmonaire et 12, bubonique. Pour la plupart, des cas notifiés ont été signalés dans les foyers pesteux qui enregistrent toujours des cas chaque année à la même période. Il s’agit d’Arivonimamo, Ambalavao, Ankazobe, Miarinarivo, Ambohidratrimo, Tsiroanomandidy, Ambositra et Midongy Atsimo. Douze personnes ont également succombé à cette maladie en trois mois dont six ont développé la forme pulmonaire si les six autres ont contracté la forme bubonique.

Ripostes. Après le signalement des cas, l’équipe du ministère de la Santé publique effectue toujours des descentes sur terrain pour des investigations approfondies, surtout en cette période de haute transmission de cette maladie. Cette descente permettra de réaliser des prélèvements pour l’analyse auprès de l’Institut Pasteur de Madagascar. Seuls les résultats obtenus de cette analyse peuvent confirmer les cas de peste mais en attendant l’obtention de ces résultats, les personnels de santé procèdent déjà à la désinfection et à la désinsectisation des foyers où des cas ont été signalés. Un traitement prophylactique est également administré à l’entourage du malade ainsi que toutes les personnes qui étaient en contact avec lui. En parallèle, des sensibilisations sont menées pour encourager les personnes présentant des signes suspicieux à rejoindre le centre de santé le plus proche pour qu’elles puissent bénéficier des traitements dispensés gratuitement par l’Etat. D’habitude, les pestiférés ne rejoignent les structures sanitaires que lorsque leur état de santé s’aggrave.

Narindra Rakotobe

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire