MADAGASCAR – INDONESIE : Une maison kalimantan à Madagascar.

La résidence du chef de la mission diplomatique indonésienne à Ivato (Wisma) s’est métamorphosée depuis avant-hier. En effet un mini parc botanique a été dressé au milieu de la piscine de ce lieu magnifique bâti en 1975, date où les relations diplomatiques entre ces deux pays ont été établies. Une maison typiquement indonésienne dont l’architecture est inspirée de celle de la région de Kalimantan a été construite à partir de matériaux malgaches, elle est installée au beau milieu de la piscine. Des plantes comme l’hibiscus, le papayer et le sirih, qu’on trouve aussi en Indonésie, ont donné un tableau idyllique à ce petit endroit magnifique. À la porte d’entrée de ce petit joyau a été apposée la plaque commémorative de ce mini parc appelé «  lieu de fraternité entre les peuples malagasy et indonésien ». Le chargé d’affaires en pied indonésien Benny Yan Pieter Siahaan et le président de l’association des anciens stagiaires de ce pays, le ministre de la Défense le général Léon Richard Rakotonirina, représentants des deux peuples y ont apposé leur signature. En prenant la parole, le chargé d’affaires a exprimé sa joie de voir s’épanouir la relation culturelle des deux pays, à travers ce mini parc botanique.

Relation au beau fixe. La relation entre les deux pays existe depuis des siècles et le peuplement de notre île s’était fait à partir des mixages entre les migrateurs indonésiens et le peuple autochtone de l’île, d’après les historiens. Ces derniers temps, l’Indonésie a connu un progrès économique énorme lui permettant de faire partie des pays membres du G20. Se sentant lié par ce lien historique et fraternel, ce pays n’a cessé de manifester sa volonté d’être à nos côtés pour nous aider à sortir de ce marasme économique. À titre d’exemple, l’Indonésie a déjà accordé plus de 400 bourses à nos fonctionnaires civils, militaires et étudiants depuis les débuts de notre relation diplomatique et ces boursiers sont unanimes sur la qualité des études qu’ils y ont reçues.

Nary Ravonjy

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire