Période d’étiage : Les problèmes d’eau s’intensifient

Les bidons jaunes font partie du décor tananarivien.

Malgré les  efforts de communication et les actions en cours initiés par la JIRAMA, la grogne monte côté usagers dont le quotidien est complètement chamboulé

Le problème d’approvisionnement en eau potable s’aggrave. Dans certains quartiers de la Capitale, l’eau ne coule plus des robinets que deux à cinq heures par jour. Pour d’autres, le robinet est à sec contraignant les usagers à s’approvisionner dans les quartiers environnants ou se lever aux aurores pour avoir de l’eau. « Il est quasi-impossible de dormir à poings fermés car je me lève tout le temps pour vérifier si l’eau est revenue. Quand il y en a, c’est seulement entre 23h et 3h du matin », se plaint Nary , un habitant du “fokontany” d’Anjanahary. Son cas n’est pas isolé car les habitants aux alentours d’Ambohinambo Talatamaty subissent également un véritable calvaire. L’eau ne sort du robinet que vers 1h et puis aucune goutte à partir de 3h. Outre la coupure quotidienne, les usagers se plaignent aussi du débit d’eau très faible comme c’est le cas à Morondava Antehiroka. Ce ne sont que des exemples parmi tant d’autres mais qui reflètent que les clients de la compagnie nationale d’eau et d’électricité de Madagascar (Jirama)  sont à bout de nerfs.

Réalisations. Face à la grogne des usagers, une source auprès de la Jirama a indiqué qu’elle  cherche des solutions pérennes pour résoudre le problème d’alimentation en eau qui, notons-le, ne se limite pas seulement à Antananarivo. « La vétusté des conduites d’eau explique en partie les problèmes d’approvisionnement en eau  mais nous avons pu en remplacer 22km jusqu’ici mais les travaux se poursuivent. Nous avons recensé 90 zones rouges qui sont privées d’eau de jour comme de nuit mais actuellement il n’en reste plus que 23 », selon cette source avant de poursuivre que « des citernes mobiles seront déployés dans les zones rouges pour l’approvisionnement des quartiers en difficulté. Les puits d’eau se tarissent en cette période, ce qui ne fait que multiplier le nombre des usagers de la Jirama ». Concernant les infrastructures, les travaux pour la nouvelle station de Mandroseza II pour la production supplémentaire de 40 000 m3 d’eau par jour  sont presque achevés. Sept des dix Unités de traitement d’eau conteneurisée (UTC) installées dans la Capitale et ses périphéries sont déjà fonctionnelles.

Narindra Rakotobe

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire