Trafic de bois de rose : Quatre personnes sous mandat de dépôt

Du bois de rose saisi.

Belles prises pour le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable. Des trafiquants de bois précieux ont été appréhendés. Les enquêtes suivent leur cours.

Une intervention des éléments de l’Unité de Lutte contre la Corruption (DULC) du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable (MEDD) au début du mois de novembre dans un quartier de la capitale a constaté un trafic de bois de rose en cours. Suite à des fouilles et investigations menant jusqu’à Antalaha, l’équipe a mis la main sur huit personnes ayant commis des crimes environnementaux. Ainsi une quarantaine de rondins de bois précieux ont été saisis. Après déferrement à la 4ème section de la Brigade criminelle d’Anosy et instruction de l’affaire auprès de la chaîne spéciale sur les bois de rose, quatre parmi les soupçonnés sont sous mandat de dépôt. Deux hommes sont à Tsiafahy et deux femmes à Antanimora, tandis qu’une autre est sous contrôle judiciaire. En attendant la suite, le bois de rose est saisi et gardé à l’enceinte de la direction générale de la gouvernance environnementale à Nanisana.

Palissandre. Dans la même foulée, le cantonnement du MEDD à Arivonimamo a appréhendé la semaine passée une femme disposant de 999 palissandres à Imeritsiantosika. Pour le MEDD, il y a là aussi un crime. Il s’agirait, en effet, d’une détention illégale et d’une absence d’autorisation de transport. La femme concernée se dit avoir une transaction avec un marchand de bois à Ambatondrazaka. L’enquête est en cours, et les 999 palissandres seront gardés sur place, note le ministère de tutelle. La personne impliquée quant à elle est assignée à les garder jusqu’au moment du transfert dans la capitale, et a intérêt à le faire. Si les feux de forêts et feux de brousses continuent de détruire les ressources et attirent les regards, les trafics quant à eux se font en douce, profitant du moment où les yeux (du monde) sont braqués ailleurs.

Recueillis par José Belalahy

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire