Mialy Rajoelina : Soutien aux femmes leaders malgaches

Les femmes leaders malgaches se sont réunies au Novotel pour se concerter et unir leur voix dans le cadre de la célébration des 16 jours d’activisme pour l’élimination des violences basées sur le genre.

Organisée conjointement par le ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme et le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), cette célébration a été axée sur la relance économique des femmes dans le contexte de Covid-19 et du kere. Parlementaires, ministres, opératrices économiques, activistes, féministes lors de leur intervention ont insisté sur le rôle de la femme dans la vie politique et économique du pays. La première dame, Mialy Rajoelina, en tant que championne de la lutte contre les violences basées sur le genre à Madagascar, a partagé son expérience et les actions de l’Association Fitia qu’elle préside. La participation des femmes dans la vie politique et économique du pays reste encore très faible. Elles ne sont que 27 députées sur 151. Le groupement des femmes entrepreneures, créé en 2016, compte 13 associations et 220 membres répartis dans 10 secteurs d’activités. L’objectif de la journée de réflexion était d’identifier les moyens pour aider les femmes à se relever face aux conséquences économiques de la Covid-19 et de l’impact du kere. Ces deux fléaux ont particulièrement touché les femmes qui sont davantage isolées et écartées. « Il est primordial de mettre en lumière l’importance de la femme dans le processus de développement, et même de développement durable. L’investissement dans l’autonomisation des femmes est une voie sûre pour sortir de la pauvreté et pour une croissance économique inclusive. Chaque femme aspire à l’épanouissement de sa famille. Son autonomisation est donc la clé pour une société plus sereine », a déclaré la Première dame. Malgré la dure épreuve de la Covid-19 et le changement climatique, les femmes restent actives et tiennent bon. L’Association Fitia a mis en œuvre des actions concrètes pour l’autonomisation des femmes à travers la mise en place d’activités génératrices de revenus. Mialy Rajoelina lance ainsi un appel aux femmes leaders, institutions, organismes, entreprises, associations, mais aussi à tout un chacun en affirmant : « Une femme autonome est une femme épanouie : c’est l’assurance d’un foyer heureux, d’une communauté stable et, à terme, d’une nation développée ». Et à cette occasion, le réseau des femmes leaders africaines à Madagascar a formulé une déclaration, surtout un plaidoyer pour la relance économique des femmes dans le contexte de Covid-19 et du kere, pour contribuer à soutenir l’entrepreneuriat féminin, renforcer le leadership des femmes et appeler le gouvernement et les partenaires techniques et financiers à soutenir les actions du réseau des femmes leaders.

T.H

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire