Montée des eaux : L’Apipa invite à la vigilance

L

Une montée progressive des eaux des rivières Mamba, Sisaony et Ikopa serait actuellement observée.

es effets des précipitations enregistrées dernièrement dans la capitale et plusieurs régions de la Grande île commencent à se faire ressentir sur les rivières et rizières qui entourent la capitale malgache.

Stationnaire. C’est le qualificatif avancé par un responsable auprès de l’Apipa ou Autorité pour la protection contre les inondations de la plaine d’Antananarivo pour faire état de la situation de la montée du niveau des rivières de Sisaony, Ikopa et Mamba. Niveau continuellement observé auprès des stations de mesures hydrométriques et pluviométriques. En effet, les données recueillies hier suggèrent une « situation stable » si l’on s’en tient à notre source. « Les côtes d’alerte de menace de danger ne sont pas encore atteintes auprès des diverses stations mais le constat est là, le niveau de l’eau monte et ceci est en relation avec les précipitations enregistrées depuis plusieurs jours. Aussi, le niveau de l’eau n’a pas baissé pour aujourd’hui (hier) et ce, même si le temps était sec. Le niveau est stationnaire », nous a-t-elle confié. Une certaine stabilité causée par la montée du niveau des eaux du côté de Bevomanga si l’on s’en tient toujours à notre source. Cette dernière d’ailleurs d’interpeller sur la « montée progressive desdites rivières ». « L’alerte de menace de danger n’est, certes, pas encore atteinte et lancée mais les populations vivant aux environs de ces rivières sont invitées à être vigilantes ».

Rouge. Du côté d’Atsimondrano, la situation commencerait à être alarmante, si l’on s’en tient aux explications de l’adjoint au maire de la commune rurale d’Ambohijoky. Ce, « depuis deux cas d’éboulement de digues observés du côté d’Ambatomainty Ambohijoky mercredi dernier », d’après toujours ce responsable. Ce dernier note toutefois que « la rivière n’est pas encore sortie de son lit mais la population commence à s’inquiéter d’une éventuelle catastrophe ». Pour en revenir à l’Apipa, les activités de suivis pluviométriques et hydrométriques suivraient leurs cours. Les données seront ensuite envoyées auprès des organismes compétents en matière d’urgence et de catastrophes tels que le Bureau National de Gestion des Risques et des Catastrophes ou BNGRC. Pour Antananarivo, la rivière Sisaony est la plus susceptible de sortir de son lit en période pluvieuse. Les jours à venir nous en diront plus.

 

Les côtes d’alerte de menace de danger auprès des stations de mesure hydrométriques et pluviométriques :

Ampitatafika : 2,5m

Anosizato : 3m

Bevomanga : 4m

 

José Belalahy

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire