CAN 2022 : Un décisif Gabon – Ghana au menu du jour

Le Sénégal a quelque peu déchu sans ses stars dont le gardien Edouard Mendy et le grand Kalidou Koulibaly.

La Coupe d’Afrique des nations 2022 s’anime déjà pour cette seconde journée décisive tant pour les vainqueurs du premier jour que pour les vaincus bien obligés de vendre chèrement leur peau.

Dans cette saga, le choc opposant le Gabon d’Aubameyang au Ghana des fils d’Abedi Pelé, Jordan et André Ayew. Au bout, on s’attend cette fois à une bataille sans aucune retenue avec en filigrane une qualification au second tour.

Les Comores en embuscade. Pour rester à Yaoundé, on aura à l’œil nos frères comoriens pour qui ce duel contre les Marocains à 19h aura l’allure d’une rencontre à ne pas perdre. Les Coelacanthes n’ont nullement démérité lors de leur premier match mais il leur manquait tout de suite une toute petite chance pour s’offrir un but. Ils sont pour l’instant en embuscade. Mais attention car en face, il y aura aussi des Lions de l’Atlas qui n’ont plus rien à perdre et tout à gagner.

Parmi les autres rencontres de ce vendredi, on reverra la Guinée face au Sénégal. Ce dernier poussé à bout par le Zimbabwe n’a dû son salut que vers la fin de la partie sur un penalty de Sadio Mané. Il sera opposé à la Guinée à 16h, heures malgaches.

Mais autant dire, les protégés d’Aliou Cissé ont gagné certes mais c’était un peu juste pour faire croire que les Lions de la Teranga nourrissent l’espoir d’aller au bout.

L’arbitrage. D’ailleurs et pour tout dire, il n’y a pas véritablement de grands favoris dans cette CAN 2022. Qui aurait pu penser que l’Algérie allait être contrainte au partage par les modestes Sierra-Léonais.

Le dernier match du jour à Bafoussam mettra aux prises l’étonnant Zimbabwe au Malawi. Et après avoir tenu en échec les Algériens, on peut s’attendre à voir le Zimbabwe retrouver la confiance pour aller chercher cette fois une victoire.

Mais dans une Coupe d’Afrique des nations, on peut s’attendre à tout. Même à un arbitre qui siffle la fin de la partie alors qu’il restait encore cinq bonnes minutes au grand dam des Tunisiens. Le fait d’envoyer à l’hôpital l’arbitre du match, le Zambien Janny Sikazwe, ne l’excuse pas du tout même s’il a fini par revenir sur la pelouse pour ensuite siffler la fin à 30 sec du temps réglementaire et sans les précieux arrêts de jeu. Décidément…

Clément RABARY

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire