Relations profondes

Après sa tournée américaine, le Président Hery Rajaonarimampianina  poursuit son programme en France avant de rentrer au pays. Il participera  exceptionnellement  ce matin à l’Atelier  Madagascar organisé par Ubi France sur le thème « Madagascar, un potentiel à «re» découvrir ». L’ouverture de cet atelier qui réunira de nombreux investisseurs français et opérateurs économiques Malgaches sera faite par la ministre française du Commerce extérieur  Nicole Bricq.   L’objectif du président de la République  pour son premier déplacement à l’étranger, aux Etats –Unis d’abord, en France ensuite est clair.  Une offensive diplomatique pour rassurer les principaux partenaires  de Madagascar et les investisseurs potentiels de sa volonté de nouer des relations de confiance pour le développement du pays  dans un esprit «win-win».

Relations profondes

    Sa première rencontre sur le sol français s’est tenue, hier, avec le ministre des affaires étrangères Laurent Fabius.  D’après le  porte- parole du Quai d’Orsay, « l’élection de Hery Rajaonarimampianina en décembre 2013, à l’issue d’un processus démocratique reconnu par l’ensemble de la communauté internationale, ouvre une nouvelle étape pour Madagascar. La France salue l’engagement du nouveau président en faveur du développement de Madagascar, durement éprouvé par près de cinq années de crise politique. Elle souhaite voir le pays retrouver rapidement la place qui est la sienne sur la scène internationale et renouer, avec le soutien de ses partenaires, avec la croissance et le développement ».   Entre la France et Madagascar, les relations sont profondes.  Elles se fondent non seulement sur l’importance du volume d’aide humanitaire et au développement mais aussi et surtout sur des relations humaines et culturelles bien établies.  La communauté française à Madagascar évaluée à plus de 25 000 serait la plus importante de tous les pays africains. Il y a autant  ou plus de Malgaches qui vivent en France. La France a été l’un des pays qui n’a pas suspendu son aide pendant la période de transition de cinq années.  Sur la plaquette d’invitation d’ Ubi France qui aura comme invité d’honneur le président de la République,  il est dit qu’après plusieurs années d’isolement, le pays francophone le plus grand de l’océan indien vient d’élire son nouveau président. Ubi France poursuit sans cacher son optimisme que «la croissance devrait être tirée par la redynamisation des secteurs productifs, et soutenue par une bonne tenue « des branches agriculture, mines, banque, tourisme, télécommunications et transports ». « Le secteur secondaire devrait être le principal moteur de la croissance en 2014, avec une croissance prévue de 10,5% », précise une source gouvernementale. Le secteur tertiaire devrait enregistrer une croissance de 2,5%, qui résultera essentiellement du dynamisme des secteurs des assurances (+4,2%) et de la banque (+5,3%).La branche transports devrait aussi enregistrer une croissance sensible provenant de l’expansion des industries extractives ».  De bonnes perspectives d’avenir.

Zo Rakotoseheno

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication