La position du Mapar

Les craintes des uns et des autres sur une possible dispute pour la conduite de la cérémonie d’ouverture de la session ordinaire de l’Assemblée nationale n’ont pas été justifiées. Le nouveau Bureau permanent dirigé par le nouveau président Jean Max Rakotomamonjy ont pris les choses en main. Les « Maparois » ont boudé dans leur majorité la réunion. Quelques- uns sont venus mais pas les fidèles à la cause et celle qui a été poussée hors du perchoir. Cette dernière ne reconnaît pas la légalité du nouveau Bureau permanent qui l’a évincée en déposant des requêtes auprès de la Haute Cour Constitutionnelle. Néanmoins, la séance s’est déroulée sans incident. Elle se poursuivra aujourd’hui avec un ordre du jour bien déterminée.

La position du Mapar

               Le Mapar est en plein désarroi. Deux de leurs députés font partie du nouveau Bureau permanent. D’autres n’acceptent pas d’être qualifiés de traîtres parce qu’ils soutiennent le Président de la République Hery Rajaonariampianina. Le Mapar est considéré comme un des groupements qui a contribué à l’élection du président de la République. Ses membres qui ont agi de bonne foi pour cet objectif n’acceptent pas de revenir sur la décision. La cassure semble inévitable au point d’inquiéter la hiérarchie du Mapar. Andry Rajoelina qui s’est fait discret ces derniers temps veut remobiliser sa troupe en vue des élections communales. Le fossé qui sépare le président de la Transition et le président de la République n’est plus un secret. Leurs rapports se sont détériorés depuis que le premier a dévoilé ce qu’il pense du second. La méfiance est devenue réciproque. La création de la PMP à l’Assemblée nationale, du parti HVM sur l’ensemble du territoire en est la conséquence. Les routes des deux anciens alliés se séparent. Mais leurs rencontres, bien que rares depuis l’avènement de Hery Rajaonariampianina au pouvoir, laissent penser qu’ils ne se considèrent pas comme des ennemis. Toutefois, le remplacement du coordonnateur du groupement Jean de Dieu Maharante devenu ministre par Christine Razanamahasoa reflète le malaise qui existe. Le Mapar serait –il en train de se diriger vers l’opposition ? Andry Rajoelina devrait éclaircir davantage ses membres sur la position du Mapar. La bataille perdue du perchoir à l’Assemblée nationale ne fait qu’envenimer les rapports avec le nouveau pouvoir alors que le Mapar a été pendant les élections l’allié naturel du HVM. A l’Assemblée, tous les partis et mouvances d’opposition démocratique se sont rangés dans le camp du président de la République. Il n’y a plus d’opposants à l’Assemblée. Sauf si le Mapar décide de prendre officiellement cette place. Mais encore faut-il qu’Andry Rajoelina ou Christine Razanamahasoa se porte candidat chef de l’opposition. Si le cas se produit, les prochaines batailles électorales promettent d’être rudes.

Zo Rakotoseheno

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication