Les enjeux de demain

Le président de la République se représentera-t-il en 2018 ? Les résultats actuels par rapport à ses promesses électorales pourraient ne plus l’inciter à entrer dans cette compétition. En effet, après un an et demi au pouvoir, la stabilité politique n’est pas encore vraiment acquise. Ce qui ne lui permet pas de mener dans la sérénité sa politique nationale de développement. N’ayant pas eu de candidats aux législatives de 2013, l’absence de députés HVM à l’Assemblée nationale lui a été depuis le début de son mandat un handicap majeur. Pour faire passer les projets de lois nécessaires au succès de son mandat, il a dû composer avec les différentes forces politiques et les députés indépendants pour obtenir une majorité parlementaire à sa cause. Une majorité instable en fait car les députés évoluent d’un camp à l’autre au gré des enjeux politiques et en fonction de leurs avantages et leurs intérêts pécuniaires.

Les enjeux de demain

C’est une grande partie de ces députés qui ont constitué la majorité qui lui a trahi en constituant une autre majorité de plus des deux tiers de l’Assemblée pour le dépôt de la motion de déchéance contre le président. La Haute Cour Constitutionnelle n’a pas suivi les députés en ne validant pas la déchéance réclamée. Elle a proposé un pacte de responsabilité pour faire disparaître les hostilités entre les deux institutions. 95 de ces députés frondeurs ont aussi essayé de faire tomber le gouvernement Ravelonarivo mais quelques voix ont manqué pour que le coup réussisse. Le pacte serait actuellement en bonne voie de se concrétiser. Pas de dissolution de l’Assemblée et en contrepartie la formation d’une nouvelle majorité parlementaire favorable au programme de développement du président de la République. Les bruits sont contradictoires sur le nombre de signatures amassées à cette fin auprès des députés. Les uns font état de difficulté, les autres affirment que le nombre dépasse largement, qu’il ne reste plus qu’à officialiser. L’enjeu est important dans la mesure où avec les nouveaux rapports de forces politiques établis par les communales et les municipales, le président de la République envisagerait de mettre en place un gouvernement plus performant et fort que celui actuel dont les résultats ne répondent pas encore aux attentes d’une population qui en a marre du coût de la vie lequel ne cesse d’augmenter et des délestages et des trafics des richesses nationales. Le président de la République ne peut pas ne pas avoir en plus des performances voulues, des visées plus lointaines dans le temps. Les élections présidentielles de 2018 sont à sa portée s’il se décide à prendre les taureaux par les cornes dès maintenant. Un besoin de sang neuf et d’expérience se fait ressentir pour les grands enjeux de demain.

Zo Rakotoseheno

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

7 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Une seule chose Monsieur le Président, faites bien attention aux frondeurs si vous acceptez de travailler avec eux, parce qu’ils n’hésiteront pas à vendre père et mère pour avoir votre tête.

  2. Les Malgaches sont dans une énorme confusion. Et on le constate dans les commentaires.
    Les institutions à Madagascar NE SONT PAS CONSIDÉRÉES COMME TELLES. Elles ne valent virtuellement RIEN! Elles n’existent pas. Point.
    Alors analyser une situation COMME SI elles étaient normales, est une aberration. C’est parler de la neige en plein Sahara!
    « Si demain il neige alors on aura un peu d’eau etc…. »
    Vous ne pouvez pas attendre d’institutions INEXISTANTES une quelconque action. Autant espérer qu’un cul-de-jatte dérobe le titre de champion à Hussein Bolt…
    Et puis à l’adresse de Zo, arrêtez de vous poser des questions à la française!!! de vous demander si oui ou non le CRÉTIN aux manettes ira se représenter à perpètes!!! ON S’EN FICHE!
    C’est déjà PÉNIBLE en france, et vous rajoutez l’INUTILE au DÉSAGRÉABLE!
    Au rythme où vont les choses, la fin de l’année est déjà LA QUESTION À SE POSER: OÙ SERA-T-ON EN FIN D’ANNÉE, DANS QUEL CHAOS?

  3. 20 à 30% de taux de participation, c’était vraiment une sanction pour les politiciens. Je vous invite à vous auto-évaluer. 900 Maires pour le HVM, est-ce vraiment le véritable choix des Malagasy car on ne peut pas ignorer la pratique des dirigeants pendant les élections qui succèdent en temps de Ratsiraka, Ravalomanana, Rajoelina et Rajaonarimampianina (pression, fraudes, détournement des résultats de vote, …). C’est pour cette raison que le HVM rafle la majorité des Communes Rurales. La réalité c’est que les citoyens n’ont plus confiance en vous. A mon avis, le MAPAR et le TIM sont les grands favoris de cette course car vu qu’ils ne sont pas au pouvoir, ils ont gagné presque les 600 Maires. Regagner la confiance des citoyens est une actions à ne pas négliger, Messieurs les Politiciens.Quoi qu’il en soit, je ne suis pas de l’avis du coup d’était avec toutes ses formes. Laissons Monsieur Le Président Hery Rajaonarimampianina travailler jusqu’à la fin de son mandat et après on verra.

  4. L’Assemblée nationale (ou prétendue telle car, avec tant de gros nuls affairistes et escrocs, un si petit espace ne mérite peut-être pas d’être désigné comme étant le lieu de la représentation populaire…). Bref, l’Assemblée nationale fait tout son possible pour donner raison à un putsch militaire et à un renoncement (transitoire, lui aussi) à la démocratie au profit d’un nouveau régime dictatorial. C’est la responsabilité que prennent les députés, aujourd’hui. Je me fous de leur 4×4 comme de ma première paire de chaussettes, au premier pris la main dans le sac (rubis, or, bois de rose etc, etc…) je propose une balle dans la nuque, et à tous les autres je leur dis simplement : vous avez voulu être députés, vous l’êtes devenus de façon plus ou moins honnête, vous devez désormais assumer votre charge. Sinon l’Histoire vous jugera et, lorsque c’est le peuple en colère qui écrit l’Histoire, généralement ça se termine dans un bain de sang avec des têtes au bout des piques (les vôtres, bien sûr). A vous de voir…

  5. Les enjeux sont toujours importants, c’est de la vie nationale dont il est question. Néanmoins, les parlementaires ont commencé cette crise institutionnelle, prétextant avoir une majorité, alors qu’ils sont eux-mêmes divisés… Il n’y a aucune majorité parlementaire à l’AN, il n’y a que des individus friands de 4×4 et de gros billets, sans souci pour le petit peuple. Hery Rajaonarimampianina a raison de rassembler les députés autour de son programme, sinon, l’instabilité risque de croître et le pays de sombrer encore et encore dans la crise! si bien sûr les députés sont prêts à faire une croix sur leurs avantages persos, ce qui ne semble pas être le cas!!!

  6. Au train où vont les choses, je crains fort que demain sera encore pire qu’aujourd’hui ! Malheureusement, tous les signaux sont au rouge et n’augurent rien de bon. Ce « pacte de stabilité » n’engagera que ceux qui y croient et certainement pas ceux qui vont le signer !

  7. Mieux plutôt penser du « MENU DU JOUR ». L’avenir de Madagascar est encore « INCERTAIN ».

Poster un commentaire