Mouvement des gilets jaunes : Un exemple à méditer

Paris a trouvé, l’espace d’un week-end la ferveur révolutionnaire de mai 68. Les pavés arrachés par des manifestants et les affrontements avec les forces de l’ordre ont rappelé les moments chauds de cette effervescence populaire. Cette violence n’est le fait que d’une bande d’individus, mais elle est la traduction d’un malaise profond de la société française. Les gilets jaunes représentent cette France qui est asphyxiée par les hausses successives et qui se dresse contre Emmanuel Macron.

Mouvement des gilets jaunes : Un exemple à méditer

C’est un mouvement sur lequel aucune organisation, qu’elle soit politique ou syndicale, n’a de prise. Il est né de la conjonction de toutes les frustrations ressenties par des citoyens se sentant laissés pour compte. Ces gens représentent cette classe moyenne, étouffant sous le poids des taxes et ils ont décidé de descendre dans la rue pour dire qu’ils n’en pouvaient plus. Ils se sont retrouvés dans ce mouvement des gilets jaunes pour dire leur ras-le- bol. Le président Emmanuel Macron avait déjà pu mesurer cette exaspération lors de ses déplacements en province et avait dit la comprendre, mais il n’y a pas répondu de manière explicite. La manifestation de samedi dernier à Paris, même si elle a dégénéré, reflète le sentiment d’une grande partie des Français. Ces derniers attendent des mesures efficaces de leurs gouvernants pour résoudre les problèmes auxquels ils sont confrontés. Tout le monde attend maintenant les annonces du chef de l’Etat à ces cris de colère de la population. Il interviendra demain à la télévision pour calmer cette fronde qui , si elle n’est pas maîtrisée, risque de se transformer en révolution. Vu de chez nous, ce mouvement des gilets jaunes se comprend aisément. Les Malgaches ont eu eux aussi plusieurs fois l’envie de descendre dans la rue pour manifester leur frustration et faire part de leur mal de vivre, mais la capacité d’écoute de nos gouvernants n’est pas encore à ce niveau.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

4 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. · Edit

    « gilets jaunes » ?
    ce n’est pas le meilleur exemple à suivre pour NOUS les MALAGASY. laissez cette mentalité aux Français qui, de toute façon, veulent tous aller au ciel mais personne ne veut mourir (dixit Michel Polnareff).
    Dans le temps, un ancien Président de la République française disait : « les Français sont ingouvernables ».
    ce n’est pas par hasard si beaucoup des Français préfèrent résider à MADAGASIKARA ou ailleurs que chez eux ; parce qu’ils en ont marre des instabilités sociales dans leur pays.
    Nous, les MALAGASY, sachons trouver d’autres moyens pacifiques et intelligents pour montrer notre mécontentement et notre impatience sur le plan économico-socialo-politique.
    Déjà apprenons à maitriser nos connaissances individuelles et surtout collectives et tout ira mieux; sachons élire UN PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE INTELLIGENT, REALISTE et NON DEMAGOGUE.

  2. Aza miteniteny foana ry Rakotozafy ah…Reny Gilets jaunes ireny mihintsy ny olona sady kely saina no tsy nahita fianarana mitovy aminao…idio io G* nao io…Espèce de Trou du Q*

  3. Vous dites  » envie de descendre dans la rue ? »
    Mais c’est pas l’envie qu’il faut c’est DESCENDRE DANS LA RUE…
    ET CRIER FORT VOTRE MISERE VOS PROBLÈMES D’ACCES A L’EAU au LOGEMENT A L’ELECTRICITE.
    Et le RAS LE BOL DES DIRIGEANTS QUI VOLENT VOTRE ARGENT.
    FAITES LA RÉVOLUTION

  4. Les zanak’i Dada iront faire des BLOCAGES à Faravohitra chez les Ravalomanana où Mbola Rajaonah s’est caché pour que le Bianco ne l’appréhende pas .Les voyous sont toujours solidaires .

Poster un commentaire