La jeune génération décidée à réagir

« Ils veulent des actes, pas des blablas ». Ce titre repris par plusieurs médias internationaux traduit le désarroi des jeunes d’aujourd’hui qui ne savent pas quel avenir leur est réservé. Vendredi dernier, ils étaient plusieurs milliers à manifester dans les rues de Glasgow pour crier leur indignation face à l’inertie des dirigeants de ce monde devant le péril climatique. Cette indignation ne peut pas laisser indifférents les décideurs aux commandes des grandes puissances économiques car c’est une génération soucieuse de son devenir qui veut mettre ces derniers devant leur responsabilité.

La jeune génération décidée à réagir

L’opinion mondiale est de plus en plus consciente du danger que court la planète. Elle commence à se rendre compte de ses effets quotidiennement. Les jeunes d’aujourd’hui sont extrêmement lucides lorsqu’ils envisagent leur avenir et celle des générations à venir. Cette conscience d’une catastrophe en devenir les rend extrêmement amers et les pousse à exercer une pression très forte sur ces décideurs qui ne tiennent pas leurs promesses. La COP21 avait abouti à l’Accord de Paris et promettait des prises de décision entraînant une révolution des mentalités et un véritable ralentissement du réchauffement climatique. Les résolutions ne se sont traduites que par des vœux pieux et la situation n’a fait qu’empirer depuis. Aujourd’hui, le désenchantement a gagné la jeune génération qui voit l’impasse où le monde se trouve. Ils sont de moins en moins conciliants envers ceux qui prennent les grandes décisions. On sent qu’un véritable vent de révolte est en train de se lever. La conscientisation se fait sûrement et ceux qui, aujourd’hui descendent dans les rues, s’apprêtent à imposer leurs vues aux gouvernants. Cette COP26 va peut-être remettre tout le monde dans le droit chemin et imposer le respect des règles de conduite plus écologiques. Aujourd’hui, le monde est à la croisée des chemins et les populations pèseront de tout leur poids pour qu’une véritable politique de rectifications soit faite au niveau planétaire.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire