Un mois de janvier parsemé d’épreuves

Jamais peut-être le début du mois de janvier n’aura été aussi pénible pour les Malgaches. Ils ont enduré une multitude d’épreuves durant l’année 2021 et ils continuent de subir les effets de cette crise qui n’en finit pas. Aux difficultés de la vie quotidienne s’ajoute le poids sanitaire de l’épidémie de Covid-19. Aucune éclaircie n’est pour le moment en vue et ils ont l’impression d’être à la merci d’événements qu’ils ne peuvent pas maîtriser.

Un mois de janvier parsemé d’épreuves

Les Malgaches ont l’impression de vivre dans une grande confusion en ce moment.  Ils acceptent sans broncher tous les coups du sort. L’environnement dans lequel ils évoluent est en train de se dégrader lentement mais sûrement. Le slogan « Antananarivo madio no tanjona ka tadidio » est aujourd’hui vidé de sens car la Capitale est devenue une ville aux rues défoncées et abîmées par la pluie de ces derniers jours. Ses habitants ont de plus en plus de mal à cacher leur lassitude devant les problèmes qu’ils rencontrent. Les délestages et les coupures d’eau que l’on promettait de faire disparaître sont toujours là et dans leurs tourments, les Tananariviens ne peuvent que s’en prendre verbalement à ceux qui avaient affirmé que la situation s’améliorerait très vite. Aujourd’hui, le danger représenté par l’épidémie de Covid-19 ne leur permet pas de trop récriminer car il faut se concentrer sur les précautions à prendre pour ne pas se contaminer. Il n’est plus possible de montrer sa frustration devant les épreuves que l’on traverse. Elles sont occultées par les menaces de contamination de variants qu’ils soient Delta ou peut-être Omicron.  Tout le monde se range derrière les avis des personnels de santé qui peuvent protéger de ce virus. Les Malgaches sont encore empêtrés dans de multiples difficultés. Ils n’ont pas encore fini de manger leur pain noir.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. Ne pas omettre le scandale révélé par le rapport de la banque mondiale de ce 05 janvier 2022 concernant l’aéroport Ravinala.
    Mada pauvre de ses enfants !
    Alors ???

Poster un commentaire